Les Bucks travaillent leur imprévisibilité

Les Bucks travaillent leur imprévisibilité

Équipe s’imposant avec la plus large marge de points en moyenne cette saison (+12.6 points, devant les Los Angeles Lakers avec 7.6), Milwaukee peut parfois se permettre d’expérimenter en match, comme cela a été le cas contre Chicago lundi soir, dans une victoire 111-98. Mike Budenholzer souhaite que son attaque soit imprévisible, et ne veut pas voir ses joueurs se déplacer de la même manière à chaque possession. Parmi ces changements encouragés d’une possession à l’autre : les ‘cuts’ quand leurs adversaires s’attendent plutôt à ce qu’ils se postent chacun derrière l’arc comme ils ont l’habitude de le faire.

« Nous l’avons encouragé et les joueurs ont commencé à en prendre l’habitude. On doit être capable de ‘slasher’ et de créer un spacing différent, de compliquer la tâche de la défense et de ne pas être totalement immobile. On s’améliore, c’est quelque chose qu’on peut continuer à travailler. » Mike Budenholzer

Deux exemples tout frais signés Donte DiVincenzo contre les Bulls sont à retrouver ici et ici.

« Je l’ai simplement bien senti. Il y a tellement d’attention tournée vers Giannis au poste que parfois les gars perdent de vue leur propre joueur. Et si on ne marque pas après le cut, quelqu’un d’autre se retrouve ouvert côté faible. On veut du mouvement. On ne veut pas être figé.

C’est une question de feeling. Le but n’est pas de boucher la raquette près de Giannis, mais on ne veut pas que ce soit trop compliqué pour lui non plus. Donc on essaie de lui faciliter la tâche. George Hill et moi faisons du bon boulot là-dessus je trouve.

Effectivement, on voit ici qu’Hill s’y est mis aussi.

« Plus tôt cette année, ça ne passait pas quand on essayait. On a regardé beaucoup de matchs, on apprend ensemble. George et moi sommes très proches, donc on en discute entre nous et on a confiance en ce qu’on fait, on n’hésite pas. » Donte DiVincenzo

via The Athletic

Leave a Reply