Le jour le plus triste de l’histoire de la NBA ? Steve Kerr : « Je pense, oui »

Le jour le plus triste de l’histoire de la NBA ? Steve Kerr : « Je pense, oui »

Le dimanche 26 janvier 2020 est-il devenu le jour le plus triste de l’histoire de la NBA, avec la disparition de Kobe Bryant et de sa fille Gianna (mais aussi de 7 autres personnes), dans des circonstances tragiques ? Probablement, selon Steve Kerr.

« Je pense, oui. La seule chose à laquelle je peux comparer cela remonte à ma deuxième année ou troisième année en NBA, quand il a été annoncé que Magic Johnson avait contracté le virus du SIDA. C’était un choc similaire. Parce qu’à l’époque on pensait tous qu’il allait mourir dans l’année. Dieu merci ça n’a pas été le cas et Magic a pu vivre une vie merveilleuse ensuite. Mais il y avait eu ce même sentiment que dimanche. C’est quelque chose qui est impossible à assimiler, à comprendre. Ça n’a pas de sens. Donc concernant la NBA… ce qui s’en rapproche le plus est sans doute la mort de Drazen Petrovic dans un accident de voiture (en 1993). C’était un énorme choc à l’époque. » Steve Kerr

Les Warriors étaient à l’entraînement dimanche lorsque l’information est tombée.

« On était sous le choc dimanche quand on a appris la nouvelle au début de l’entraînement. Tout le monde s’est arrêté et s’est assis par terre, incrédule. Personne n’a dit un mot parce qu’aucun mot ne peut décrire ce que tout le monde ressentait. On est rentré chez nous, on ne savait pas quoi faire. » Steve Kerr

Coéquipier de Michael Jordan durant sa carrière de joueur, Kerr n’a pas manqué de faire le parallèle entre les deux.

« Michael Jordan donnait tout chaque soir, comme Kobe. Chaque soir, sans jamais prendre un match de repos. Et il faisait des trucs surhumains. Même au niveau NBA, dans une ligue remplie d’athlètes incroyables, il se démarquait. » Steve Kerr

Leave a Reply