Donovan Mitchell : « Je ne savais pas grand-chose de Jordan Clarkson à part sa capacité à scorer »

Donovan Mitchell : « Je ne savais pas grand-chose de Jordan Clarkson à part sa capacité à scorer »

Cette nuit, le Jazz a eu du mal en première mi-temps face au Heat. Après 24 minutes, les hommes de Quin Snyder étaient menés de cinq points. Mais ils sont parvenus à renverser la tendance en seconde mi-temps et à largement s’imposer sur le score de 116 à 101. Et pour trouver les raisons de cette hausse du niveau de jeu, il faut chercher du côté de Donovan Mitchell. L’arrière, coupable de trois pertes de balle en première mi-temps, n’était pas en jambe, pas agressif. Il a rectifié tout ça à la mi-temps.

« Dans les matchs, il y a deux façons de jouer. Soit on leur met la pression et on continue d’appuyer, soit vous pouvez les mettre sur leurs talons, et ensuite vous reposer et les laisser regagner le momentum. Je me suis concentré sur le fait de continuer à essayer d’aller jusqu’au panier, et leur mettre la pression. » Donovan Mitchell.

L’arrière est revenu des vestiaires avec de meilleures intentions, et a marqué 8 de ses 26 points dans le troisième quart, n’a pas perdu une seule fois la balle dans les 24 dernières minutes et a rempli sa feuille de stats avec 5 rebonds, 4 passes décisives et 2 interceptions.

« Quand il fait ça, d’habitude ça permet d’ouvrir d’autres possibilités. Si vous continuez d’essayer d’attaquer de la bonne manière, ça finit par marcher et c’est ce qu’il s’est passé pour lui ce soir. » Quin Snyder, le coach du Jazz.

Après la rencontre, ses coéquipiers étaient très élogieux avec lui.

« Il a tellement progressé… Il choisit ses tirs et implique tout le monde. C’est juste génial de l’avoir vu devenir qui il est actuellement. » Jordan Clarkson.

« Je n’arrête pas de lui dire que quand il attaque le cercle, il est dur à arrêter. Ils doivent s’y mettre à plusieurs, et il est capable de récupérer des fautes et les mettre dans le bonus très tôt. Après ça, on peut continuer encore, encore et encore. » Rudy Gobert.

Mais si Mitchell a réussi un gros match, le Jazz n’aurait pas pu décrocher sa quatrième victoire consécutive sans une grosse perf de la part de ses remplaçants. Clarkson, Emmanuel Mudiay et compagnie ont joué de nouveau un rôle clé pour permettre au Jazz de prendre les devants et faire passer l’écart de deux points à 11 en faveur du Jazz.

« Le groupe qu’il y avait sur le terrain, on voulait courir. On a changé le tempo du match, c’est ce qu’on a fait. On aime jouer en transition. Moins ils peuvent mettre leur défense en place, plus on peut courir et s’amuser. Quand on commence à courir comme ça, il n’y a pas besoin de gâcher des possessions. On peut prendre des tirs plus rapides, des meilleurs tirs. » Emmanuel Mudiay.

Auteur de 21 points, Clarkson continue de surprendre ses coéquipiers. Sa capacité à scorer n’a jamais été remise en question, mais il s’est en plus bien intégré à l’équipe.

« On savait qu’il était un scoreur, mais je pense que le plus important c’est qu’il joue un basket d’équipe. Je ne dis pas que ce n’était pas le cas avant, mais je ne savais pas grand-chose de lui à part son talent au scoring. En plus de marquer, il trouve les gars ouverts, prend son temps. On aime jouer avec lui. » Donovan Mitchell.

 

Via Deseret News et deseret news.

Leave a Reply