Gilbert Arenas : « C’était comme une partie d’échecs quand tu rentrais sur le terrain avec Kobe »

Gilbert Arenas : « C’était comme une partie d’échecs quand tu rentrais sur le terrain avec Kobe »

Trois fois All-Star entre 2005 et 2007, Gilbert Arenas, qui se décrit lui-même comme « un fan avant tout », a amassé bon nombre de maillots signés au fil de ses 11 années en NBA. Trois joueurs sont particulièrement venus alimenter sa collection : Michael Jordan, LeBron James et Kobe Bryant.

“Je les connais tous les trois personnellement. Jordan, ça a commencé au lycée. J’étais à son camp d’entrainement, et je m’entraînais pour me préparer à l’université. Il a vu que j’avais faim, il m’a mis dans son équipe et j’ai marqué genre 40 points ce soir-là dans un pick-up game. Et c’est là qu’il m’a signé tout ce que j’avais de lui. Tous ces trucs des Wizards, maillots, sous-shorts… il m’a tout signé. Avec LeBron on se voyait chez lui quand il est arrivé en NBA, on y faisait la fête pendant qu’il regardait la télé. J’ai son maillot de foot américain du lycée signé. Plus récemment quand j’ai entraîné ses deux garçons Bronny Jr. et Bryce il m’a signé son maillot des Lakers. J’ai aussi son maillot Team USA signé. Les seuls qui me manquent ce sont ceux de son époque Miami, je n’en ai aucun. Mais j’ai au moins 10 maillots de lui en tout.

C’est d’ailleurs contre les Lakers de l’ancien n°8 et 24 qu’il estime avoir joué son meilleur basket. Il a d’ailleurs enregistré son record de points le 17 décembre 2006 au Staples Center face au futur Hall of Famer : 60 points (victoire 147-141).

“J’ai mon maillot de ce match, parce que je ne pense pas qu’il voulait me donner le sien (rire). J’ai fait comme les autres matchs, je suis allé à la salle assez tôt, je me suis échauffé juste après Kobe et je le trashtalkais. Il y a une vidéo de moi qui lui dis que je suis un putain de tueur. Après Luke Walton est venu et m’a dit : ‘Kobe a dit qu’il allait te cadenasser aujourd’hui’. Je lui ai dit : ‘Tu sais comment on va jouer ça, en 1-4-flat (iso)’. Après on a commencé notre match comme on avait l’habitude de le faire. C’est plus un combat mental. Il te testait. Par exemple tu mets un panier et il te dit : ‘Ah ouais donc tu es un joueur unidimensionnel en fait, tu ne sais pas défendre ?’. Donc tu défends sur lui. C’était comme une partie d’échecs quand tu rentrais sur le terrain avec lui […] Ça n’avait rien à voir avec les skills, c’était plus une partie d’échecs. Mais notre relation a démarré avant ce match. Car même avant le match à 60 points, j’avais fait mes meilleurs matchs contre les Lakers. Je faisais toujours des bons matchs contre Kobe et les Lakers. Il a vu mon éthique de travail, combien j’étudiais mes adversaires avant les matchs… il y avait un respect mutuel. Quand tu atteins un certain niveau, tu gagnes le respect des meilleurs. Je n’ai pas réussi à avoir un maillot signé d’Allen Iverson (il collectionne les maillots) avant d’être All-Star. Même chose avec Kevin Garnett, le sien a été le plus dur à avoir. J’ai essayé pendant des années. Il a fallu que j’attende d’être titulaire au All-Star Game et All-NBA Second Team. »

Leave a Reply