Vince Carter raconte son dernier tir : “Ça me donne encore des frissons”

Vince Carter raconte son dernier tir : “Ça me donne encore des frissons”

La NBA a arrêté sa saison à cause du coronavirus le 11 mars dernier, et si beaucoup se demandent si la saison va reprendre pour déterminer un champion, du côté de Vince Carter, les enjeux sont tout différents. L’ailier d’Atlanta a annoncé au début de la saison qu’il comptait prendre sa retraite à l’issue de celle-ci. Et comme on ne sait pas si elle va reprendre, ni si des matchs de saison régulière seront joués (les Hawks sont très loin des playoffs), le joueur de 43 ans a peut-être joué sa dernière rencontre en NBA contre les Knicks. Le bon côté des choses, c’est qu’il s’est illustré en marquant à trois points à quelques secondes de la fin, pour partir sous les ovations. Silencieux depuis l’annonce de la suspension de la saison, il s’est ouvert dans l’émission The Ringer et a raconté ce moment.

“C’est la première fois que j’en parle, je n’étais pas trop chaud pour le faire avant. Mais quel meilleur moment pour le faire que dans notre émission ? Je m’excuse auprès de toutes les personnes qui ont pris contact avec moi pour faire des interviews ou autre à propos de ma retraite. Mais je ne voulais pas encore en parler à ce moment-là. À partir du moment où c’était officiel, ça m’allait de le faire. Le jour de mon possible dernier match, c’était un jour normal, mais c’est bizarre. J’avais le sentiment que la saison n’allait pas continuer. Je n’étais pas sûr, mais je le sentais. C’était un sentiment bizarre, je me suis dit : “OK, on va jouer le match, et ensuite passer à la semaine suivante comme d’habitude.” Mais il y avait une petite partie de moi qui se demandait si ça allait vraiment se passer comme ça. Quand vous entendez vos potes en parler, ça reste dans un coin de la tête. On a vécu cette journée, on blaguait, on rigolait à propos de tout ça. D’un coup, c’est l’heure du match, il faut jouer et c’était un match bizarre. Ensuite arrive la mi-temps, et le coach arrive en retard, on jouait plutôt bien dans cette première période. Juste avant de commencer le troisième quart, Lloyd vient me voir et me dit : “Tu as entendu la nouvelle à propos de Rudy Gobert ?” Je lui réponds que non, que j’étais en train de prendre des tirs. Il nous met donc au courant et ensuite il y a des chuchotements qui ont commencé à se propager sur le banc. Dès que j’ai entendu ça, je savais qu’ils allaient arrêter la saison tout de suite. On termine le match, et je n’ai même pas pensé à tout ce que tout le monde pensait. Les gens se disaient que la saison n’allait jamais reprendre. Je n’ai pas pensé au fait que ça allait peut-être être mon dernier match jusqu’à ce que Dewayne Dedmon dise : “Mec, c’est peut-être la dernière fois que tu joues en NBA, la saison peut très bien s’arrêter maintenant.” J’étais : “Ça serait dingue…” C’était tout.

Les Hawks n’ont pas manqué l’occasion de le faire rentrer :

Et d’un coup, tout le monde a commencé à se dire ça, et on entendait des “Vince” descendre des tribunes. Je leur ai dit que tout allait bien pour moi, qu’il fallait qu’ils se détendent. Et Dewayne m’a poussé sur le terrain. Après ce moment, ils ont commencé à chanter à nouveau, c’est devenu de plus en plus fort. Je disais que moi ça m’allait, que je n’avais pas besoin de rentrer. Le coach et moi on s’est regardé, et il a dit : “Si, si, va sur le terrain.” J’ai eu un frisson. Je rigolais en disant que je n’avais pas besoin de retourner sur le terrain. En rentrant sur le terrain, j’ai senti que c’était réel, et que j’allais apprécier ce moment, peu importe ce qu’il allait se passer. Évidemment, je voulais juste prendre un tir. On veut toujours mettre son dernier tir, parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer. Mes coéquipiers me disaient de dunker, je leur ai répondu que ça faisait trop longtemps que j’étais assis sur le banc pour en tenter un. À ce moment-là, je me disais que si on me donnait la balle à trois points, j’allais tirer. J’étais heureux de pouvoir le faire, et que ce soi rentré et tout le monde était heureux de me voir heureux. C’est un de ces moments où vous voulez que votre tir soit parfait, que la mécanique soit parfaite… J’ai toujours été le genre de gars qui fait confiance au temps qu’il a passé à s’entrainer et je trouve que j’ai plutôt bien tiré toute l’année, mais quand arrive le shoot que je dois mettre, c’était comme une seconde nature, et je l’ai déjà fait par le passé. Donc j’ai reçu la balle, j’ai posé mes deux pieds et j’ai tiré comme si j’avais joué toute la rencontre. Ça me donne encore des frissons maintenant. C’était vraiment cool de voir le tir rentrer parce qu’au début je me disais que la saison allait reprendre, mais en même temps dans ma tête, il y avait cette idée que si jamais ce n’était pas le cas, c’était bien que je le mette. C’est rentré, et j’ai apprécié le fait que tout le monde soit heureux. J’ai du mal avec ça pendant les rencontres, mais après c’était plus facile d’apprécier le moment. C’était amusant et je suis juste heureux que ce soit rentré. Je m’en souviendrai toujours. On ne sait pas si la saison va continuer ou s’arrêter, mais peu importe au final, les deux choses me vont. Si c’était mon dernier match, mon dernier tir, je l’ai rentré. Et ça me va. Je me sens bien à propos de ma carrière, de la manière dont elle s’est terminée. Et si la saison reprend, elle reprend. Dans ma tête, c’est comme si elle était finie. Il y a beaucoup de gens qui m’envoient des tweets en me disant qu’ils espèrent que ce n’était pas mon dernier match. J’apprécie ça, mais moi je me dis que la saison est probablement terminée. Si ce n’est pas le cas, ce sera une surprise, je vais avoir un bonus de 3, 5 ou 10 matchs. Mais sinon, ça me va. J’ai commencé le golf. Ce qui m’a aidé à me mettre dans cette attitude, c’est le golf. J’ai quelque chose que j’aime faire, qui me permet d’avoir un défi. Même avec tout ce qu’il se passe, je peux prendre mon club, m’entrainer au golf et garder cet esprit de compétition. Ça m’a aidé à prendre mes distances avec le jeu.” Vince Carter.

Carter a terminé la rencontre avec 5 points et 1 rebond au compteur. Des statistiques dans la lignée de ses moyennes de la saison, puisqu’il tourne à 5 points (35% aux tirs et 30 à trois points), et 2,1 rebonds en 15 minutes de jeu.

Via The Ringer

Leave a Reply