Zach LaVine raconte sa frustration et sa vie depuis la suspension de la saison NBA : « On ne prenait pas ça trop au sérieux »

Zach LaVine raconte sa frustration et sa vie depuis la suspension de la saison NBA : « On ne prenait pas ça trop au sérieux »

Douzième meilleur scoreur NBA (7ème parmi les arrières), dans le top 15 des intercepteurs et auteur de 6 matchs à au moins 40 points cette saison (dont 2 sur ses 6 deniers matchs), Zach LaVine (25 ans, 1,98 m) s’apprêtait à revenir de blessure (quadriceps) après 5 matchs manqués au moment de la suspension de la saison le 11 mars dernier.

« Je me préparais à rejouer, Orlando ou Miami, l’un de ces deux matchs, donc j’étais excité. On a commencé à entendre qu’on pourrait jouer des matchs sans fans quand on était dans l’avion pour Orlando. On ne prenait pas ça trop au sérieux, on se disait non, ça n’arrivera pas. Et ensuite c’est allé très vite. » Zach LaVine

Son coéquipier Coby White sortait lui d’une série de 9 matchs à 26.1 points de moyenne, l’équipe venait de gagner à la maison contre Cleveland, une 2ème victoire en 5 matchs (3 défaites d’un panier ou deux max d’écart).

« Pour être franc, je suis énervé. On avait de grandes attentes pour la saison mais nous n’avons pas fait fait ce que nous étions supposé faire en tant qu’équipe. Je suis en NBA depuis 6 ans maintenant et ça devient frustrant. Je veux être en playoffs. On y croyait vraiment. Je n’ai encore jamais disputé un match de playoffs, et ça pèse. C’est pour ça que tu travailles si dur et que tu continues à jouer. Je suis impatient de revenir. J’aime jouer et je ne supporte pas de rater des matchs. J’espère que la saison va reprendre. En tant que compétiteur tu veux jouer et faire ce que tu peux pour aider. Mais c’est une période difficile pour tout le monde. Pour le moment, le plus important c’est de se protéger soi et sa famille.» Zach LaVine

Le natif de Renton dans l’État de Washington, sélectionné en 13ème position de la draft 2014 par les Wolves, a vite fait ses valises.

« J’étais en train de jouer aux jeux vidéos quand la news est tombée. J’étais concentré, casque sur la tête. Mon téléphone n’arrêtait pas de vibrer, mon père, mon agent, des amis, ma copine m’appelaient et j’ai enfin réalisé ce qui se passait. Tout est allé très vite. Le lendemain on est rentré à Chicago et ils ont dit que la saison allait être suspendue. Sans savoir jusqu’à quand. On est resté à la maison à Chicago et il a été annoncé que ce serait pour au moins 3 semaines. Ma famille est très importante pour moi. Ma sœur et mon père étaient en Californie, mon père a récupéré ma sœur et est rentré en voiture à Seattle. Je voulais être avec ma famille. Quand j’ai reçu le feu vert, je suis parti à 5 heures du matin par là. J’avais peur. J’allais prendre un jet privé. Mon meilleur ami, Perrion (Callandret), qui jouait pour notre équipe de G-League, est venu avec moi. Il m’a dit de simplement prendre des sièges en première classe pour qu’on n’ait personne à côté de nous. On a pris un vol pour Seattle tôt le matin et il y avait quelque chose comme 11 personnes à bord. Ça faisait tout bizarre.

[…] Je vais bien. Mais c’est dingue ce qui se passe sur les réseaux sociaux, je ne dis pas que les choses sont exagérées, mais c’est très tendu. Si quelqu’un tousse, éternue, tout le monde pense que tu as le virus. Quand on est rentrés ma copine a éternué et elle était là : ‘Oh mon dieu !’, je lui ai dit chérie, rappelle-toi que tu as des allergies’. C’est très sérieux, mais on ne peut pas paniquer.

Depuis, LaVine essaie de tirer le meilleur de cette nouvelle vie avec sa petite amie. Il a aussi fait un don à l’association Feeding America, pour environ 13 000 repas dans la région, et compte également aider notamment le personnel hospitalier à Chicago.

« J’ai créé mon propre compte Twitch parce que je joue beaucoup de toute façon, et pas mal de gens me suivent. Ma copine (Hunter Mar) et moi jouons aux dominos ou à des jeux de société. Je m’entraîne. Je joue dans le jardin avec mon chien. J’ai un jardin d’environ 2000 m², donc ça va. J’ai de la chance car je peux sortir de la maison et prendre l’air. La première semaine il faisait assez chaud et beau mais depuis 5 jours il pleut tous les jours. Il ne peut pas autant en été, mais on est en mars, je ne suis pas censé être là en mars. Chez mes parents il y a un terrain de basket, donc j’y vais de temps en temps, ça fait du bien de voir la famille. Ma copine progresse beaucoup en cuisine. Elle essaie des choses, elle fait à manger tous les soirs car on ne peut pas sortir dehors pour manger. Je me prépare mes oeufs et mon bacon tous les jours quand je me réveille, mais elle essaie de m’éloigner de ça. On mange des steaks, du poulet, du riz. Elle essaie de me faire manger plus de légumes, elle essaie plein de choses différentes, c’est cool.

via NBA.com

Leave a Reply