Dirk Nowitzki : “Pour me motiver, je me disais que Kevin Garnett et Tim Duncan n’étaient pas dans leur lit en train de dormir”

Dirk Nowitzki : “Pour me motiver, je me disais que Kevin Garnett et Tim Duncan n’étaient pas dans leur lit en train de dormir”

Comme tout le monde, la vie de Dirk Nowitzki s’est beaucoup ralentie depuis l’arrivée de l’épidémie de coronavirus. L’ancien ailier fort de Dallas a désormais beaucoup de temps pour lui, et il essaie d’en profiter le plus possible.

“Vous savez, ces temps sont compliqués, et pour tout le monde. Ce n’est pas facile, mais j’essaie de rester positif. Quand on lit les infos, ça nous met un peu le moral au fond, mais j’essaie de profiter de ma famille. Nous avons trois jeunes enfants et j’essaie de passer le plus de temps possible avec eux. Habituellement, la vie vous fait courir partout, donc j’essaie d’utiliser ce temps pour être avec eux, leur apprendre des choses, leur chanter des berceuses allemandes la nuit avant qu’ils aillent se coucher… Profiter de ce temps en famille quoi.” Dirk Nowitzki.

L’Allemand a également évoqué le documentaire The Last Dance, qu’il a trouvé fascinant. Notamment lorsque le réalisateur Jason Hehir a choisi de s’attarder sur la personnalité de compétiteur de Michael Jordan, et les façons qu’il avait de rester motivé. Nowitzki avait aussi des méthodes bien lui dans ce domaine.

“Pendant ma carrière, j’ai toujours dû trouver des façons de me motiver. L’été, j’avais toujours la même routine. Six à sept fois par semaines. Évidemment, parfois je n’étais pas motivé, mais j’ai toujours trouvé un moyen de me donner envie de me lever le matin, même si je ne le voulais pas. Je me disais : “Hey, Kevin Garnett n’est pas allongé dans son lit en train de dormir en ce moment ! Et Tim Duncan pareil. Donc, bouge ton cul et va t’entrainer.” Une fois que j’étais à la salle et que la routine se mettait en place, je m’amusais. Des fois, j’avais juste à me dire : “Bon, il faut que tu te sortes de la période compliquée où tu es. Lève-toi et mets-toi en forme.” J’ai toujours eu à trouver ce genre de raisons pour rester motivé. Parfois, pendant les saisons, il y avait des matchs les mardis dans des petits marchés, et vous ne vouliez pas y être. Mais quand les arbitres lancent la balle en l’air pour l’entre-deux, et qu’on voit les fans dans les tribunes, alors vous voulez être bon. Et la montée d’adrénaline a toujours réussi à me faire performer. Je ne sais pas si vous avez regardé The Last Dance, mais j’ai trouvé que c’était intéressant de voir comment Michael Jordan trouvait des petites choses, et en inventait même parfois sur un gars qui était censé l’avoir trash talké alors que ce n’était jamais arrivé. Dans l’esprit de MJ, c’était quelque chose qu’il pouvait utiliser pour être motivé. J’ai trouvé que c’était fantastique à voir. Même les pros ont parfois du mal à se motiver, et il faut trouver des petits trucs, parfois des astuces, pour le faire.” Dirk Nowitzki.

Un peu flemmard dans l’âme l’Allemand, ce qui ne l’a pas empêché de remporter un titre en 2011, et de disputer plus de 1 500 matchs en carrière.

Via Mavs.com.

On est enfin sur Instagram, rejoignez-nous !

Leave a Reply