Accueil » A voir » Vintaganalyse » Vintaganalyse : Michael Jordan est-il le meilleur joueur de l’Histoire ?

Vintaganalyse : Michael Jordan est-il le meilleur joueur de l’Histoire ?

1996 NBA Finals Game 1:  Seattle SuperSonics vs. Chicago Bulls

Alors que Michael Jordan fête aujourd’hui ses 50 ans, cela semble l’occasion parfaite pour s’attarder sur un débat qui passionne les foules : Michael Jordan est-il le meilleur joueur de l’Histoire de la NBA ? Vous l’aurez compris, épisode spécial de Vintaganalyse donc, et un nouveau voyage à travers l’histoire pour comprendre et juger en toute légitimité le cas de sa Majesté.

.

Le but d’un tel article n’est évidemment pas d’affirmer de but en blanc que Jordan n’est pas le meilleur joueur de tous les temps. Pas plus de critiquer l’énorme carrière de celui qui a fait aimer ce sport à travers le monde, ni même de prôner une nouvelle vérité, non. Le but est simplement de bousculer un peu cette idée reçue qui place His Airness loin, très loin devant n’importe quel joueur d’une pourtant très grande histoire, pleine de monstres sacrés. Et ainsi mettre sur la table tous les éléments historiques et arguments qui permettront à chacun de se faire son avis.

Car c’est un débat qui déchaîne les passions en Amérique, et ce dans n’importe quel sport. Cela fait partie de la culture outre atlantique de se disputer autour de la question de qui fut le meilleur, et la NBA n’échappe pas plus à la règle que sa grande sœur, la NFL. Mais si pour le monde de la balle orange, Michael Jordan semble déjà être sa Majesté indétrônable, un petit voyage à travers les décennies de la grande ligue ne fait jamais de mal pour asseoir ses connaissances et convictions à propos de His Airness…et des autres.

Chicago Bulls

MJ, the Greatest ?

.

Les différents GOAT à travers l’histoire

En effet, il semble important de rappeler que Jordan n’est arrivé en NBA qu’en 1984, soit presque 40 ans après la création de la ligue. Il va donc s’en dire qu’il n’a pas tout le temps été considéré comme le plus grands parmi les plus grands. Et le temps des quatre décennies qui ont précédé MJ, plus d’un individu ont été élevés au rang de GOAT au fil des ans.

Le tout premier d’entre eux serait évidemment George Mikan. Star originelle de la ligue, il est celui qui démarre la dynastie des Lakers en leur offrant 5 des 8 premiers titres disputés. Sur la première décennie de la ligue, les 50’s, Mikan fut incontestablement le  meilleur joueur, mais l’engouement autour de la NBA était encore minime, du fait que la ligue devait jouer des coudes pour se faire une petite place dans la culture américaine, déjà conquise depuis longtemps au Foot US et au Baseball.

En revanche, les années 60’s allaient voir émerger deux titans qui commenceraient à faire parler. Bill Russell et Wilt Chamberlain ont fait main mise sur la NBA, et s’attiraient années après années toujours plus d’éloges et de respect du fait de leurs accomplissements respectifs extraordinaires. Il était clair, vers la fin des 60’s, que s’il fallait désigner un seul homme comme ayant été le meilleur de tous dans la jeune histoire de la ligue, ce serait sans aucun doute l’un des deux.

Philadelphia 76ers vs. Boston CelticsBill & Wilt, les géants qui firent main mise sur la NBA

Russell contre Chamberlain, la rivalité n’aurait pas pu plus les opposer, et pas seulement du point de vue de leur style de jeu, l’un étant l’ultime défenseur et l’autre le parfait attaquant. Cette rivalité se résumait aussi beaucoup comme le duel des titres contre les stats. Russell a reçu beaucoup d’admiration, et aujourd’hui encore, pour avoir récolté 11 titres de champion NBA en 13 ans de carrière. Un palmarès qui force le respect, mais qui a tout de même souffert de la comparaison avec les performances individuelles de Chamberlain, des performances qui ne seronnt jamais égalées. Plus que les 100 points en un match, c’est l’incroyable machine à rebond capable de récolter plus de 27 rebonds par match. C’est l’homme aux proportions physiques ahurissantes qui a tourné à 50 points de moyenne sur une saison entière. A titre de comparaison, c’est à peu près égal à ce que rapportent les duos Lebron & Wade, ou Durant & Westbrook, en terme de points par matchs. C’est également l’homme qui un jour a décidé de mener la ligue en passes décisives, et qui l’a fait, simplement parce que les journalistes le disaient pas assez altruiste.

Un duel entre le palmarès et les stats individuelles donc, chacun ayant sa préférence. Mais même si le pivot des Celtics comptait plus de bagues de champion que de doigts, la majorité des fans a longtemps été conquise à la cause de Chamberlain, qui jouissait donc de cette récompense officieuse de meilleur joueur de l’histoire. Pour la simple et bonne raison que même si tous ces titres NBA demeuraient impressionnants, on avait jamais vu pareil force de la nature que ce Chamberlain, et on n’en reverrait plus d’autres. Il était simplement une tête ou deux au-dessus de tout le monde, tant par le physique que par son talent.

Los Angeles Lakers Wilt ChamberlainChamberlain, hors norme, l’homme des tous les records

 Certains noms s’inviteront peut être dans le débat jusqu’aux 80’s, mais sans jamais vraiment être pris au sérieux. Elgin Baylor, premier super scoreur de la ligue, mais qui termine sa carrière avec aucun titre remporté en 7 Finales jouées. Oscar Robertson, le premier Mr. Triple Double de la NBA, mais qui a dû attendre Kareem Abdul Jabbar à Milwaukee pour remporter un titre. Julius Erving, le premier joueur à réellement donner l’impression de voler, un style fantastique, et un très gros scoreur. Mais Doc. J a passé les plus belles années de sa carrière à jouer pour l’ABA, ligue concurrente de la NBA dans les 70’s. Et ce n’est réellement que dans les 80’s que deux noms en particulier viendront remettre en question la hiérarchie : Larry Bird et Magic Johnson.

Les deux se font un nom dans la grande ligue dès leurs tout premiers pas. Larry transforme des Celtics en berne en la meilleure équipe de la ligue dès son année rookie, et Magic devient le seul rookie de l’histoire à remporter le MVP des Finales. Magic et Bird apparaîtront dans chacune des Finales de la décennie des 80’s. Même si le débat entre les deux a toujours eu lieu, lorsque Bird remporte trois titres consécutifs de MVP de la saison, le voilà à recevoir les faveurs de tous, ou presque. Le Magicien Blanc est élevé au rang de meilleur de l’histoire, par son intelligence de jeu, sa polyvalence, sa clutch attitude, sa capacité à gagner, etc.

Bird-MagicBird & Magic, les rois des 80′s

Quelques années plus tard, quand la santé de Bird commence à le lâcher, que Magic a lui aussi accumulé un gros palmarès, et que ses Lakers battent les Celtics une nouvelle fois en Finales 1987, Bird déclare en conférence de presse que Magic Johnson est le meilleur joueur de l’histoire. La déclaration fait du bruit, et Magic, désormais adoubé par son rival de longue date, gagne du crédit auprès de ceux qui hésitaient encore à le considérer à sa juste valeur. Bird a ses partisans, Magic a les siens, à l’image de Russell et Chamberlain.

Mais c’est un seul et unique joueur qui va mettre tout le monde d’accord, et avoir les faveurs de l’opinion publique : Michael Jordan. Aujourd’hui encore, comme depuis la retraite de MJ, on cherche encore son successeur. Kobe Bryant a un moment pu prétendre au trône, mais sans jamais y accéder, et alors que Lebron James commence à pratiquer son meilleur basket en carrière, on en arrive à se demander si, à conditions que les titres s’accumulent, le kid d’Akron ne pourrait pas surpasser Jordan.

Los Angeles Lakers v Miami HeatSa Majesté a-t-elle un successeur ? 

.

Pourquoi Jordan pourrait être le plus grand de tous

Au fond, ce titre de meilleur joueur de l’Histoire ne reste qu’officieux. Mais dans l’esprit des fans de balle orange, cela compte plus que l’on ne pourrait le penser. Et en 15 ans de carrière avec les Bulls (et Wizards), Michael Jordan a eu le temps de démontrer une panoplie de qualités ahurissantes pour prétendre à ce titre.

La première chose à laquelle on pense, lorsqu’on évoque le nom de Michael Jordan, c’est évidemment les deux threepeat des Bulls dans les années 90’s. Dans une ligue où l’héritage d’un joueur est mesuré plus par sa capacité à gagner des titres au moins autant que par son talent où les performances qu’il a pu réaliser sur le terrain, MJ se distingue comme personne. Non seulement d’avoir remporté 6 bagues en 8 ans, Jordan a permis au Bulls d’être une des seules équipes de l’histoire à réaliser un threepeat, les seuls de « l’ère moderne ».

1997 NBA Finals Game 6:  Utah Jazz vs. Chicago BullsSon palmarès parle évidement en sa faveur

C’est indéniablement une des qualités premières de Jordan : sa qualité de winner. Un mental d’acier, comme jamais on avait vu auparavant et comme jamais on a pu revoir par la suite. Prêt à tout pour gagner, et le faire. Au point de priver de titre les plus grandes stars des années 90’s, considérées comme l’âge d’or de la NBA par certains. Charles Barkley, Patrick Ewing, John Stockton, Karl Malone, pourtant tous parmi les tout meilleurs joueurs de l’histoire. Jordan, c’est 6 Finales NBA remportées en 6 participations, et 6 titre de MVP de ces Finales…Des stats que n’ont pu produire Wilt Chamberlain, Elgin Baylor, Oscar Robertson, Jerry West, Kareem Abdul Jabbar, Larry Bird ou Magic Johnson. Encore une fois, une liste de joueurs impressionnants, mais que Jordan domine.

Un mental d’acier et un killer instinct qui avant de lui permettre de remporter des championnats, lui a fait gagner des matchs. Michael c’est aussi un des joueurs les plus clutch de l’Histoire. Mis à part la capacité à gagner des championnats, être performant dans le money time est l’autre grande qualité reconnu et appréciée dans la culture sportive américaine, au moment de définir la greatness d’un joueur. En compagnie de Larry Bird, et peut-être Reggie Miller ou Robert Horry, Michael Jordan est considéré comme la définition même de la clutch attitude. On ne compte plus le nombre de ses shoots au buzzer, ni de ses victoires arrachées dans les derniers instants d’une rencontre.

Jordan-Jazz-1998Un des joueurs les plus clutch de l’Histoire

Autre qualité qui caractérise Jordan, sa nature de scoreur né. Les exemples de très gros marqueurs sur les postes de pivot ou forward sont assez fréquents, mais plus rares sur le poste d’arrière. Et pourtant, du haut de son mètre quatre-vingt-dix-huit seulement, MJ s’est révélé une véritable machine à marquer au fils des ans, et ce pendant presque 20 ans, depuis sa draft en 1984 jusqu’à sa dernière retraite en 2003. Lorsqu’un joueur est encore capable de planter 50 points à 38 ans passé, c’est qu’il a réellement quelque chose d’unique.

Non seulement d’exceller dans le jeu en triangle de Phil Jackson, la palette offensive de MJ était impressionnante, et permise par une condition physique exceptionnelle. Véritable athlète, Jordan pouvait aller claquer un gros dunk sur n’importe qui dans la ligue, comme prendre possession d’un match en accumulant les paniers à grande distance. Le jeu parfait, sans faille. D’autant que son talent ne se limitait pas en attaque. Michael, c’est aussi un des meilleurs défenseurs extérieurs qu’on ait vu passer en NBA. Il demeure d’ailleurs à ce jour le seul arrière en compagnie de Gary Payton à avoir été élu Defensive Player of the Year, un accomplissement qui en dit long.

Un ensemble de qualités impressionnantes donc, qui explique aussi pourquoi Michael Jordan est vu comme le plus grand joueur de l’histoire par une grande majorité de fans. Winner, clutch, athlète, scoreur irrésistible, très grand défenseur, MJ apparaît comme le basketteur parfait.

Magic V Bulls JordanJordan, le prototype du joueur parfait  

.

Pourquoi Jordan pourrait ne pas être le plus grand de tous

En creusant un peu plus néanmoins, on peut trouver, plus ou moins facilement, quelques arguments qui iront contre cette idée que Michael Jordan est  bien le meilleur joueur de l’histoire.

Pourtant, affirmer que Jordan n’est pas le meilleur joueur de tous les temps constitue déjà un blasphème en soit pour grand nombre de fans. Il est difficile de traiter de cette question, parce qu’on ne s’attaque pas à Michael Jordan, le joueur, mais bien au mythe Michael Jordan. L’engouement autour de sa majesté a pris des proportions inimaginables, et lorsqu’on évoque les meilleurs de ce sport, MJ semble à des années lumières de ses concurrents. Les raisons de cet engouement sont évidemment les plus légitimes du monde, comme expliqué dans le paragraphe précédent, mais l’engouement en lui-même n’a-t-il pas dépassé les faits ?

Ainsi, on ne peut pas traiter de MJ le joueur, en ne tenant compte que des performances sur le parquet ou des feuilles de stats. Car le joueur et la légende sont indissociables. Michael Jordan, c’est un talent monstre, indéniablement un des plus gros talents qu’a connu cette ligue, mais c’est aussi le joueur le plus charismatique qu’on puisse trouver dans la grande histoire de la NBA. Un charisme donc, un caractère, une image et des valeurs renvoyés qui ont en ont conquis plus d’un.  Et aussi gigantesque le talent soit-il, on peut parfois se demander si il n’est pas par moment dépassé par cette aura qui s’est créée autour.

michael-jordan-scottie-pippen-e1330362773554La légende Michael Jordan fait partie intégrante de l’histoire de la ligue

Il est important également de noter que l’explosion de Michael Jordan concorde historiquement à l’explosion médiatique de la NBA. C’est pendant la carrière de MJ que le basket américain a commencé à s’importer à l’international, les premiers highlights (alors à l’époque sur cassette vidéo) apparaissent lorsque sa Majesté entre dans ses plus belles années en carrière. Les JO de Barcelone en 1992 furent le premier gros évènement durant lequel on a pu voir les plus grandes stars de NBA, dont Jordan, le meilleur d’entre eux. Aussi, la NBA a pu s’exporter à ce point à travers le monde grâce à ses meilleurs joueurs, MJ en tête de liste. Mais c’est tout à fait légitime de dire que cette explosion médiatique de la NBA a autant profité de Michael Jordan que Michael Jordan a profité de cette explosion médiatique.

Une génération entière de fans ont grandi en regardant jouer et briller sa Majesté, et pas seulement aux Etats Unis. En France par exemple, c’est également aux exploits de MJ qu’est nourrit et élevée la première grosse vague de fans. Aussi, cela explique aussi pourquoi parfois Michael Jordan est autant placé sur un piédestal, et autant considéré comme intouchable. Le fameux virus du « c’était mieux avant », tout à fait normal, c’est en général les joueurs de nos premiers jours en tant que fan qui nous marquent le plus.

olympics-1992-dream-team_10709132L’idole d’une génération, et super star internationale

Mais, si on revient aux performances sur le plan basket, il n’y a pas de raison d’avoir un tel fossé entre lui et les autres grands de ce sport. Jordan demeure évidement un des tout meilleurs basketteurs de l’histoire, mais pas au point de refuser le débat lorsqu’on se lance dans le jeu des comparaisons All Time.

L’une des raisons pour lesquelles on refuse tant cette comparaison avec d’autres, est également la qualité première que l’on peut lui trouver : le winner ultime. Si on parle de Kobe, de Lebron, ou même d’autres avant lui, l’argument des six bagues revient encore et toujours dans la discussion. Et est souvent érigé comme seul et unique argument nécessaire pour couper court à la discussion. Mais si on devait réellement se concentrer sur le nombre de championnats remportés comme simple baromètre de la grandeur d’un joueur, alors il faudrait déclarer Bill Russell supérieur à Michael Jordan.

$(KGrHqMOKpYE5dUtZ0oWBOd(g9YdNw~~60_3Au jeu des comparaisons, Russell l’emporte haut la main

Et personne ne pourrait le nier, 11 titres NBA en 13 ans de carrière est exceptionnel, et un bien meilleur rendement que celui de MJ (6 en 15 ans de carrière). Seulement, cet argument laisse certains sceptiques : c’était une autre époque, et Bill Russell avait tout une équipe autour de lui. Pourtant, une des qualités de Russell souvent oubliée à tort, plus que sa défense ou sa capacité à prendre des rebonds, c’était son esprit d’équipe et sa capacité à insuffler un véritable esprit collectif aux Celtics. Il n’est vraiment pas certain qu’un Wilt Chamberlain à sa place par exemple aurait pu gagner autant avec la même équipe autour.

Et Russell n’a pas eu droit à de meilleurs coéquipiers que Jordan n’a pu en avoir pour ses propres titres. Sam Jones était le scoreur mais pas le leader, et John Havlicek a véritablement explosé quand Russell est parti à la retraite, rien de plus spectaculaire que Scottie Pippen, Horace Grant, Tony Kukoc ou Dennis Rodman. On pourra toujours argumenter du fait que Jordan gagnait et était plus productif sur un terrain, mais cette vérité ne se limite qu’en termes de statistiques. L’impact de la défense insufflée par Bill Russell était incalculable, et même si il n’était pas un grand attaquant, l’argument du rendement statistique n’aurait même pas lieu d’être si les contres avaient pu être comptabilisés de son temps.

3341221Jordan a souvent pu compter sur un soutient de poids

Jordan n’est donc pas le winner ultime de l’histoire de la ligue, et il n’est donc plus valable de le nommer le GOAT pour cette raison. Il n’était pas non plus l’individualité la plus dangereuse de l’histoire de la NBA. Est-ce plus impressionnant de voir Jordan scorer plus de 30 points par matchs, ou Wilt Chamberlain 50, en ajoutant 27 rebonds de moyenne. Plus encore qu’Oscar Robertson et Magic Johnson flirter avec un triple double de moyenne pendant de nombreuses saisons ? Plus encore qu’un Kareem Abdul Jabbar et son indéfendable hook shot, ou Hakeem Olajuwon et son omniprésence sur un terrain de basket ?

Et combien de titres Jordan aurait remporté sans Scottie Pippen à ses côtés ou Phil Jackson sur le banc ? Peut-être un ou deux, certainement pas six. On ne gagne pas tout seul, aucun grand joueur n’a gagné tout seul, et en ce sens Jordan peut s’estimer heureux d’être tombé dans une franchise qui a su l’entourer convenablement. D’autres grands talents n’ont jamais eu cette chance. En sport, la réussite est aussi le résultat d’un concours de circonstances, et Jordan a su utiliser le fait d’avoir un fantastique lieutenants à ses côtés, ainsi que des effectifs tout à fait talentueux, un des meilleurs coachs de l’Histoire et un système de jeu où il pouvait et où il a su briller comme personne.

Phil JacksonMJ a su profiter d’un système de jeu taillé pour lui

.

Who cares ?

Il y a donc eu dans l’Histoire de la NBA des joueurs meilleurs que lui, sur chacune de ses forces. Il y a eu de meilleurs compétiteurs, de meilleurs gagnants, il y a eu de plus grandes menaces offensives, de meilleurs défenseurs, de plus grands athlètes, de meilleurs dunkeurs, et d’autres joueurs au moins tout aussi clutch que sa Majesté.

Mais le succès de Michael Jordan vient du fait qu’il a su rassembler chacune de ces qualités pour devenir un des meilleurs basketteurs de tous les temps. Le meilleur de l’Histoire selon l’opinion publique. Néanmoins, cette notion de Greatest of All Time a-t-elle un sens, où une véracité suffisante pour qu’on lui accorde autant d’importance ?

Existe-t-il une quelconque vérité, dans le fait de comparer deux joueurs évoluant à deux postes différents, dans deux époques différentes, pour en juger qui des deux est meilleur, quand on sait que le jeu évolue tellement de décennie en décennie ? Ceci étant posé, ce titre officieux de meilleur joueur de l’Histoire, qui s’étend sur plus de 60 ans, n’a au final rien d’exact. Le sport, et c’est d’ailleurs là toute sa beauté, n’est pas une science. L’exactitude n’existe pas, pas plus qu’une quelconque vérité que l’on aimerait pouvoir affirmer.

Kobe-RussellEst-ce pertinent de comparer époques et joueurs diamétralement opposés ?

Et quand bien même on souhaiterait désigner le meilleur joueur de tous les temps, il serait important de préciser que n’importe quel jugement ou classement serait totalement subjectif. Chaque grand joueur à son lot d’arguments. La façon dont on les classe dépend simplement de l’importance que chacun accorde à tel ou tel argument. Quelqu’un qui pense que l’argument de gagner des titres est le seul et unique argument qui compte, Bill Russell ou Michael Jordan auront toutes leurs chances d’être considérés en numéro 1, et Magic Johnson trouvera sa place devant Larry Bird. Quelqu’un qui pense que cet argument des titres est surévalué par rapport à la capacité de dominer un match aura plus tendance à avoir Wilt Chamberlain dans ses préférences, et ainsi de suite. Il n’existe pas de classement objectif, malgré toute l’argumentation qu’on peut y mettre derrière.

De plus, comme dit plus haut, Michael Jordan jouit d’un certain charisme du fait qu’une génération a grandi et découvert le basket à travers lui. Mais qu’en sera-t-il des nouvelles générations, qui n’auront pu voir Jordan que sur vidéos Vintage ? Qu’en sera-t-il dans 20 ans, lorsque la base de fans aura été celle élevée en regardant jouer Lebron James, ou d’autres futurs talents ? Si l’on demande à de nombreux (plus ou moins) anciens joueurs de l’époque qui fut le meilleur de tous, une majorité citeront des joueurs de leur époque, ou dans les environs, les Russell, Chamberlain et autres. Tout comme dans 20 ans, Michael Jordan ne sera peut-être plus indétrônable lorsqu’on posera cette fois la question à la nouvelle génération.

Heat v Trail BlazersLebron, le GOAT du futur ?

.

Le temps passe, les souvenirs se font de plus en plus rares et His Airness ne fera pas exception à la règle, tout comme Russell, Chamberlain & Co avant lui. Peut-être, si il y avait la possibilité de voir évoluer tous les grands joueurs dans l’histoire de la même façon que les contemporains, notre jugement serait différent, mais ce n’est pas le cas. Le sport n’est pas une science, et c’est tant mieux. A-t-on jamais vu une foule de 50 000 personnes en délire se passionner pour une division cellulaire ?

Alors, à dans 20 ans, pour un nouveau rendez-vous avec l’Histoire.











43 commentaires

  1. Encore un excellent article! Merci Guillaume.

  2. Très bon article, le passage du "pourquoi ne le serait il pas" est vraiment intéressant ! Bravo ;)

  3. Ce qui est marrant c'est de mentionné KB24 comme presque GOAT alors que certains médias ont élus meilleurs joueurs des années 2000 Tim Duncan ou Shaquille O'Neal devant lui et qui ne sont même pas dans le débat ici. Comme quoi tout reste très subjectif.

  4. Très bel article ! Merci beaucoup

  5. Vraiment très bel article. Pour ma part je pense que dans la tête des gens on ne touche pas à Michael Jordan. Quand on ose dire qu'il est pas forcément le GOAT ou qu'il ne le sera pu par la suite, beaucoup s'énerve car on dit du mal de leur idole. Mais en étant OBJECTIF, LeBron James à la fin de sa carrière sera peut-être un meilleur joueur que Michael Jordan

  6. et bien,heureusement que MJ est revenu en 95 pour gagné 3 titres!!!

  7. pour l'instant je ne verrai que Lebron détroné sa majasté ! mai il faut que il garde le niveau de jeux de ses dernieres semaines pendant quelques année ! je sens deja les critiques sur mon commentaire mais jugé par vous même ! mettez de coté que MJ est indétronable et comparer les 2 ! 1 exemple : Jordan Kobe ou Durant savent-ils joué a tous les postes ? non Lebron peut faire Guard Forward & Center ! en plus de cela il bat plein de record comme recement celui de + de shoot a 3 point en carriere dans les All star game ou celui des 30+ a 60% en 6 Match il est le seul !

    Maintenant on sais tous il manque les titres a Lebron ! Mais souivenez vous combien d'année passé a Cleveland tout seul ? Maintenant il a Wade Bosh & Allen !
    MJ avait Rodman & Pippen a une epoque légérement moin bonne que en ce moment (Niveau de joueurs de la ligue) et au Wizards tout seul il etait comme Lebron a Cleveland !

    Mais pour l'instant et avec + de 50% de chances il est et restera encore longtemps le Meilleur joueur de la ligue car il ma fait rever toute mon enfance et je suis un grand fan de THE LEGEND !

    • comparé Jordan a washington a 38 ans et lebron a cleveland,ça c fort,dire que les joueurs des années 80/90 était moins fort,(au moins a l'époque y'avait des pivots),juste pr comparé,va sur facebook sur "génération michael jordan" tu verra une photo des joueurs du all star game de 1990,et reviens me dire si les joueurs était moins bon!!! je c pas si ta connu cette époque monsieur "miami champ" mais j'en doute

    • Ce qu'il faut retenir c'est Lebron qui l'a dit : Je ne suis pas MJ, je suis LJ.

      LJ peut jouer à tout les poste et est unique, mais MJ savait aussi faire des choses que personne d'autres ne savait faire. Ce sont deux spécimens unique, car monstrueux dans ce qu'ils savent faire. Il est encore tôt pour juger de Lebron qui dépasse MJ.

      Je préfère encore comparer avec les légendes du passés que celles du futur, puisqu'avec les Russell, Jabbar, Chamberlain, Robertson, et autres, on a des certitudes, leurs carrières sont terminées.

    • il y a une autre différence entre LBJ et Jordan, c'est que Jordan a hissé l'équipe qui l'a draftée au sommet, attirant de grands joueurs à ses cotés, alors que LBJ a rejoint une équipe qui avait été championne pas si longtemps avant, et qui avait déjà un franchise player, Wade, assurément un excellent joueur.

      • Laisse moi juste préciser ceci.

        Les Bulls ont drafté Scottie Pippen et Horace Grant, et sur le banc le meilleur coach de l'histoire, avec un des meilleur système tactique qui en plus était taillé pour MJ.

        De l'autre coté, les Cavs n'ont jamais eu un entraîneur au dixième du talent de Phil, et n'ont jamais réussi à bien entourer Lebron. Même l'année où ils vont en Finales l'effectif est pourri. Donc il a du aller rejoindre un lieutenant parce que les Cavs n'ont jamais été capables de lui en donner un.

        J'appelle pas ça avoir plus de mérite, j'appelle ça avoir plus de chance pour Jordan.

  8. Excellente analyse. Toucher au sacro-saint Jordan est dangereux, tu l'as fait à la perfection. De plus, les arguments tiennent la route.

  9. Moi par exemple je n'ai jamais vu jouer Jordan , je me suis interessé au basket vers 2006 , donc pour moi Kobe ou Lebron ( kobe>lebron :p) sont de meilleur joueurs , meme si jai beaucoup d'admiratio en ayant vu son palmares , ses videos , certians match , je suis plus d'avis de dire que kobe est un plus grand joueur,
    Pour beaucoup Jordan est le meilleur car il jouait quand ils regardaient le absket , Jordan etait l'idole de leur decouverte du basket c'est tout !! qqn qui regardera la NBA dans seulement 6/7 ans seras peut etre d'avis de dire que Durant ou Irving ou Lilalrd sont des plus grand joueur ( en esperant que ces 3la continue leur carriere !!) je pense que la notiond e GOAT est fortement lié a notre epoque !!aller dire a un mec qui etait au match a 100 de Chmberlain en 1962 que jordan est meilleur , il va rire et vous montrer la photo de Wilt avec la pancarte "100" !!

    • ( mon clavier bug , soyez indulgent :p)

      • Et bien voilà, moi cela fait seulement 4 ans que je joue au Basket et 3 ans que je m’intéresse a la nba et en regardent bien les joueurs je trouve que Michael Jordan est et resteras le plus grand joueur de tout les temps, contrairement a se que tu déclare Kobe est beaucoup beaucoup trop loin de Michael Jordan … Kobe a compris seulement cette année que les passe son importante alors que Jordan la compris 2-3 ans après son arriver en NBA. Pour moi le Basket c'est de l'art, et quand je regarde LeBron dunker, Wade lancer un alley-oop, Iverson crosser, Durant shooter au buzzer , Jordan faire des lay-up que tu ne sais pas d'où il sort … ça c'est de l'art. Je ne vois pas de grande chose quand je vois Kobe jouez a part de l'égoïsme, un joueur qui veux jouez seul :/ Et pour les 100 points de Chamberlain .. tu la vue le match ? car en face il avais une équipe qui ne savais pas défendre et lui était bien portée par ses coéquipier, Jordan lui portait c'est coéquipier. Excuser moi pour les faute d'orthographe mais j'ai écrit se commentaire rapidement et très énerver par des propos d'une personne qui ne connais vraiment rien au basket.

        • Je pense que tout les deux vous êtes un peu trop subjectif. Kobe est peut être pas au niveau de Jordan, mais il ne faut pas le décridibiliser non plus. Il a cette réputation d'égoïste, mais également un énorme palmarès.

          Tu parles Jordan qui portait ses coéquipiers, ce ne fut pas immédiat, et il s'est rendu compte que tout seul, et en ne faisant que scorer, on ne peut pas porter ses coéquipiers. Heureusement, il a eu Pippen, il a eu Phil Jackson, et a appris a faire plus de choses sur un terrain.

          Mais Bill Russell a fait tout cela dès son année rookie, il a porté les C's dès son année rookie vers le titre.

    • Non, je pense pas non plus que ça aille jusque là.

      On peut ne jamais avoir vu Jordan en live et savoir qu'il sera quand même toujours meilleur qu'un Lillard ou qu'un Kyrie, il faut pas passer d'un extrême à l'autre non plus.

      Jordan est une idole, mais pas uniquement, c'est aussi un des tous meilleurs de tous les temps. Il ne faut pas le mettre sur un pied destale mais il ne faut pas le descendre non plus.

      • Je ne compare pas Lillard et Kyrie avec MJ ( on va pas blasphemer non plus :p) je dis juste que dans 10 ou 20 ans , les fan de NBA prefereront peut etre d'autre joueur a Jordan si ces derniers continue leur carriere , on ne sait pas , peut etre que Lillard va permettre a portland de gagner 6 titres aussi , je dis juste que designer un meilleur joueur ca se fait en fonction de sont epoque et de ceux qu'ona vu jouer !

        • Oui oui, alors on est bien d'accord.

          Lebron, Kyrie, Lillard (si tous arrivent à gagner un paquet de titre), ou peut être même que l'idole du futur, on ne la connais pas encore.

          Peut être que c'est toujours un gosse, en high school, qu'on ne verra exploser que dans 20 ans.

    • D'accord Jordan est un énorme joeur , je ne dit pas le contraire , je suis impressioné par ce qu'il a fait , quand je voie les vidéos du "Flu games" , son shoot sur la tete de Utah a la derniere seconde , ses dunk monstrueux et tout le reste ! Mais désigné un meilleur joueur c'est forcément subjectif , on se base sur ce que l'on voit ! Et puis tu dit que Wilt a fait ca contre une équipe qui en savait pas défendre ? Alors pourquoi personne ne l'a refait contre Charlotte qui etait la saison passé l'quipe la plus nulle de l'histoire ( et malheuresement ils le sont encore cette saison ) ? A mon avis , un 1vs1 entre MJ et Wilt , Chamberlain va gagner ! Et reste poli , ne dis pas que je n'y connait rien , j'exprime juste mon avis !

      • Je précise juste quelque chose, MJ a aussi profité de l'explosion médiatique comme je l'ai dit dans l'article, et cela implique aussi les documentaires NBA. C'est grace à ces derniers, les docs, que les Flu Games, et autres sont devenu des légendes, parce qu'on en a entendu parler par tout le monde sur ces documentaire. Parce qu'on a vu les images 1000 fois, etc.

        Quant à Chamberlain, c'est le mec qui a juste réussi à planter plus de 60 points sur la tête de Bill Russell, ou lui a pris sur la tête plus de 40 rebonds sur un match. Ca me suffit personnellement juger de sa grandeur.

  10. Guillaume tu résumes à la perfection ce que j'essayais d'expliquer moi même hasardeusement sur une autre news.
    Bravo, il n'y a pas une ligne à jeter.
    Je tiens à ajouter une chose : nous avons la chance d' être fan d'un sport, d'une ligue, qui permet la discussion sur le GOAT ! C'est dire le nombre de joueurs qui ont marqués cette ligue, pourtant encore si jeune ! La NBA est vraiment très riche dans ce sens :)

    • Merci beaucoup, c'est aussi un sujet qui me tenait à coeur et que j'essaye d'expliquer depuis un moment :)

      Je suis d'accord. L'avantage d'une ligue fermée telle que l'est la NBA permet justement de pouvoir discuter que ça, contrairement au football où il y a toujours moyen de modérer les propos, selon les contextes, les pays, les compétitions, les époques, etc. C'est appréciable !

  11. D'accord sur toute la ligne,chacun a son GOAT et c''est du nombrilisme extrême de dire qu'un tel ou un autre est le GOAT en sortant toute sorte d'arguments pas aussi solides que ça à la fin!

Répondre