Test décalé: quel All-Star des années 90 êtes-vous?

Test décalé: quel All-Star des années 90 êtes-vous?

Septième test décalé de Lucas, après quel consultant êtes-vous? quel rookie êtes-vous?quel dur à cuire êtes-vous? quel traître êtes-vous?, quel loser êtes-vous? et quel vétéran êtes-vous? voici un test pour vous identifier à un All-Star des années 90.

Ce matin, vous vous êtes levé tôt. Pourtant, c’est dimanche. Oui, mais ce weekend, Stéphane et Sophie emménagent, et vous avez promis de les aider. Vous prenez donc la voiture de bon matin, et prenez la route vers leur appartement.

£ – Vous avez promis, donc vous y allez, mais vous en avez un peu marre. C’est quand même le quatrième déménagement de la semaine auquel on vous invite alors que vous connaissez à peine les gens. Sans doute le fait que vous ayez un hummer énorme a-t-il un lien avec ces requêtes si fréquentes.

$ – Vous avez promis, donc vous y allez, mais ce n’est pas bien raisonnable. Vous n’avez pas décuvé de la soirée de la veille, et pour cause, vous n’avez toujours pas dormi. Allez courage, avec un peu de chance il y aura peut-être des bières.

€ – Vous avez promis, donc vous y allez, mais vous irez à pied. Vous n’avez plus un rond pour payer le bus, et en plus ce déménagement semble être une bonne occasion de manger à l’œil. Y’a pas de petit profit.

% – Vous avez promis, donc vous y allez, mais vous avez d’abord passé un coup de fil à six heures du matin pour vous assurer que tous les cartons étaient bien prêts. Hors de question que vous vous déplaciez si c’est pour tout trouver en bordel.

 

Vous voici arrivé, Stéphane et Sophie sont ravis de vous voir, il est dix heures du matin et pour le moment personne n’est arrivé à part vous. Un peu paniqué, le couple vous demande si ça ne vous dérangerait pas de commencer maintenant en attendant les autres.

£ – Maintenant que vous êtes là, ça serait con de perdre du temps. Vous demandez à Stéphane d’ouvrir la porte du fourgon qu’il a loué, et y entreposez tour à tour une armoire normande, deux canapés, un lit king size, le frigo, et la machine à laver. Tout seul. Parfaitement, monsieur.

$ – Maintenant que vous êtes là, il faut que vous fassiez quelque chose parce que si vous vous posez dans le canapé, vous êtes certain de vous endormir et de vous réveiller le lendemain. Vous commencez à charger le fourgon sous les yeux ébahis de Stéphane qui ne parvient pas à comprendre comment un homme aussi saoul peut porter autant de cartons à la fois.

€ – Maintenant que vous êtes là, hors de question de commencer sans avoir pris de p’tit dèj’. Vous attaquez les croissants, les terminez, passez aux pains au chocolat, les terminez, et Stéphane doit vous arrêter avant que vous n’entamiez les baguettes prévues pour le midi. Le relou, si les autres sont pas là on peut bien bouffer leur part, non ?

% – Maintenant que vous êtes là, vous vous rendez compte qu’une fois de plus vous allez devoir faire le taf à la place des autres. Le problème c’est que soulever une simple caisse de livres est  au-dessus de vos forces. Du coup, vous dessinez un schéma ou chaque personne censée venir a une place et une tâche à effectuer. Une fois arrivés, ça va marcher comme sur des roulettes.

 

Les collègues sont arrivés, les voitures chargées, et on arrive devant la nouvelle maison de Stéphane et Sophie. Apparemment, la pluie d’hier soir a bien attaqué l’entrée, et vous faites face à ce qu’il serait convenu d’appeler un marécage. C’est clair, il va falloir passer dans la boue pour acheminer les meubles.





£ – De la boue ? Mais vous avez fait vernir vos bottes de cow-boy avant-hier ! Hors de question pour vous d’aller patauger là-dedans. Vous lancerez les meubles à la main de l’entrée du jardin jusque dans la véranda. Même pas peur.

$ – De la boue ? Cool, le voyage en voiture avait rappelé à votre souvenir les trois bouteilles de vodka englouties hier, et vous étiez prêt à vomir. Au moins, vu la tronche du jardin, personne ne vous en voudra si vous posez une galette dans la pelouse.

€ – De la boue ? Vous demandez immédiatement à Stéphane de vous prêter des bottes, vous deux chaussures étant toutes deux trouées, et autant que vos chaussettes. Avec un peu de bol, il oubliera même de vous les réclamer après.

% – De la boue ? Pas question que cela gêne le déménagement. Vous dessinez un ingénieux système de poulie qui permettra d’acheminer les cartons à l’intérieur sans se salir les pieds. Bien entendu, ce seront les potes de la SNCF de Sophie qui s’occuperont de tirer la corde, vous aurez bien du mal à le faire vous-même.

 

Le déménagement finalement terminé, Stéphane et Sophie proposent à la compagnie de rester boire un coup dans le salon fraichement installé. Tout le monde reste, bien entendu, et l’apéro bat son plein.

£ – Ah ça, l’apéro… Vous ne savez pas pourquoi, mais avec vous, ça part toujours en baston. Un collègue des PTT de Stéphane vous a tiré sur la moustache et cela vous a mis hors de vous. Heureusement qu’ils s’y sont mis à quinze pour vous maintenir, vous étiez prêt à aller chercher la carabine dans la voiture.

$ – Ah ça, l’apéro… C’est votre truc. Stéphane et Sophie le savent bien, mais une fois de plus, ils n’ont pas prévu assez. A quatre heures du matin, alors que tout le monde dort, vous terminez la dernière bouteille de whisky. Déçu devant si peu d’ambiance, vous partez en boîte de nuit.

€ – Ah ça l’apéro… C’est toujours meilleur chez les autres. Vous vous servez allègrement dans les bouteilles les plus chères, et attendez avec impatience que Stéphane et Sophie soient couchés pour chouraver l’argenterie et disparaître dans la nuit.

% – Ah ça l’apéro… C’est un truc de pro. Vous laissez ces rustres se saouler la tête à la Kronembourg, et préparez de votre côté un punch au dosage des plus précis. Une fois votre cocktail terminé, vous vous apprêtez à l’apporter à la tablée, mais êtes contraint de renoncez devant le poids de la cocotte.

 

Vous avez une majorité de £ :

Vous aimez votre voiture. Vous aimez votre fusil. Vous aimez votre chapeau. Vous aimez votre moustache. Mais surtout, vous aimez vos muscles. Vous êtes Karl Malone.

Vous avez une majorité de $ :

Le Basket, c’est bien, mais la fête, c’est mieux. Le plus surprenant, c’est que votre train de vie de rockstar ne vous empêche pas d’aligner des performances impressionnantes. Vous êtes Dennis Rodman.

Vous avez une majorité de € :

De l’argent, vous en avez eu, mais vous n’en avez plus. Une fois votre carrière terminée, vous avez dû vendre votre bague de champion, puis jouer en D-League et à Porto-Rico. Vous êtes Antoine Walker.

Vous avez une majorité de % :

Vous n’êtes certainement pas la plus grosse des marmules, mais votre force est dans votre tête. Vous calculez tout pour rendre la tâche plus facile aux autres, et vous le faites mieux que personne. Vous êtes John Stockton.

 

Facebook Comments

Leave a Reply