Le jeu du GM: la Trade Deadline, The Phoenix Suns’ Edition, Ep. 19

Le jeu du GM: la Trade Deadline, The Phoenix Suns’ Edition, Ep. 19

Alors que les cendres de la trade deadline sont encore chaudes, on a décidé de se mettre à la place des GMs pour les jours qui la précèdent voir ce qu’on aurait fait, ce qu’on aurait voulu faire et ce qu’on a pas pu faire. J’ai ainsi donné pour mission à Anthony Dubourg (contributeur sur Débat-Sport, invité régulier de l’Echo des Parquets) de prendre une équipe en difficultés, les Suns de Phoenix en l’occurrence, et d’essayer de monter des transferts pour sérieusement améliorer son effectif. Pour ma part, je prendrai le rôle de chacun des GMs qu’il contacte pour réaliser ses transactions espérées.
___________________________________
February 23, 2017 – 14:33 ET
Proposition d’Anthony, GM des Suns
Les Phoenix Suns envoient: Brandon Knight (à BK) et deux choix du second tour de Toronto (17′, 18′) (à ATL)
Les Brooklyn Nets envoient: Andrew Nicholson ou KJ McDaniels (à ATL)
Les Atlanta Hawks envoient: DeAndre Bembry (à PHX)

La piste Philadelphie de côté, je me tourne donc vers Brooklyn, seul interlocuteur restant à pouvoir me libérer de Brandon Knight et tourner enfin la page Isaiah Thomas.

Je fais face au seul partenaire de négociation moins à l’aise que moi à la table où doivent se tenir les bras de fer.

Dépouillés de toute perspective d’avenir par le talent de Billy King, auteurs de la plus mauvaise saison de la ligue, et de loin, les Nets sont au fond du trou, contraints de tenter les paris les plus fous pour remonter un peu la pente. Il ne sera pas question de salary dump trade avec eux. Nos intérêts convergent trop pour qu’ils fassent la fine bouche. L’autre franchise de New York n’a rien d’autre à côté qui justifierait un recalage en bonne et due forme.

Toutefois, je ne trouve pas nécessairement quel joueur je pourrais demander. L’effectif compte en réalité quelques jeunes intéressants mais le GM ne me les cédera pas. Il n’est pas stupide et connaît l’historique de la franchise. Mon regard se pose sur Andrew Nicholson et sur KJ McDaniels, qui vient juste de changer de crèmerie et n’aurait pas à vider ses valises.

Je n’ai rien de particulier contre les deux hommes. Ce sont des cibles que j’identifie prenables avec mon Brandon Knight, compte-tenu de la plus-value potentielle de celui-ci après remise à niveau. Ce serait toujours mieux que ce dernier, pour des raisons symboliques, rappelons-le encore. Ceci dit, le transfert n’aurait pour intérêt que le départ de mon joueur, et pas l’arrivée d’un renfort.

J’explore donc la piste du transfert en triangle et tombe sur Atlanta. Paul Millsap voit son contrat s’achever cet été mais pourrait resigner. L’axe Schröder-Howard structure une franchise qui n’a pas pour intention de tanker ou de miser sur la jeunesse au pouvoir d’ici à demain mais bien plutôt de poursuivre son succès pérènne au sein des premières places de l’Est depuis plusieurs années. Ainsi lancé, je fais le forcing pour m’attacher les services de DeAndre Bembry. Le rookie n’a aucun espace en Géorgie tandis que son camarade de promotion et concurrent dans les rotations, Taurean Prince, touche péniblement sa dizaine de minutes par rencontre. Atlanta ne met clairement pas ses billes sur l’ami Bembry.

Dès lors, est-ce qu’un Andrew Nicholson, à l’heure où Ersan Ilyasova pourrait partir dans quelques mois, ou un KJ McDaniels, et ses qualités athlétiques sans équivalents dans le roster de Mike Budenholzer, saurait convaincre le GM adverse de laisser partir son Bembry?

Je l’ignore mais je tente ma chance, en n’oubliant pas de rajouter quelques choix du second tour pour enrober le tout.





___________________________________
February 23, 2017 – 14:41 ET
Réponse de StillBallin, GM momentanée des Nets
Selon la proposition de mon homologue des Suns, je récupérerais Brandon Knight en échange d’Andrew Nicholson ou de KJ McDaniels. Il est évident que les Suns veulent dégager leur arrière au talent caché sous des monceaux de pertes de confiance et de bouderies. Mais pour moi, GM des Nets de Brooklyn, la donne est différente. Mon roster est le plus mauvais de la ligue et le présent enchaînement de défaites ne me permet pas de me refaire une santé via la draft car mes picks intéressants sont la propriété de Boston jusqu’en 2019. Et comme on peut s’en douter, ce niveau de médiocrité écarte aussi de mes options la possibilité de recruter une star à la free agency.

En clair, je suis coincé avec mon effectif moribond et sans moyen sérieux de l’améliorer ou même de commencer le long cheminement de la reconstruction. Je n’ai pas les armes pour remporter des matchs et perdre ne me sert à rien sans choix de draft. Que faire en attendant qu’un free agent de poids se retrouve sur le marché à la fin de son contrat soit intéressé par le défi des Nets ou que les choix de draft reviennent dans mon giron?

Créer de la valeur à partir de rien. Découvrir des perles que d’autres ont pris pour des cailloux (Kris Middelton, Danny Green, etc) ou relancer un talent déchu (Chauncey Billups à Minnesota, Zach Randolph à Memphis). Brandon Knight pourrait bien rentrer dans la dernière catégorie. Le talent est encore là, quelque part, et il n’a que 25 ans. Je ne dis pas qu’on pourrait retrouver le (oui, je vais le dire) franchise player de Milwaukee qui était en train de porter son équipe en playoff quand il s’est fait transféré à Phoenix, mais qu’avoir 70 ou 80% de ce joueur serait déjà un succès.

L’excellent Knight était une arme multi-fonctions qui obligeait les défenses à surveiller tant son shoot que son drive, tant son scoring que son playmaking. Avec le plafond salarial actuel, ce joueur présente un contrat plutôt bon marché à environ $14 millions par an jusqu’en 2020. En réussissant à relancer l’arrière de Namek, je gagne un atout dans mon roster qui peut me permettre (avec d’autres réussites de ce genre) d’attirer un sympathique free agent ou de servir de monnaie d’échange contre des jeunes ou des picks en vue d’une reconstruction à long terme fondée sur la draft.

Et si ça ne fonctionne pas, tant pis. Je n’ai rien à perdre avec cette équipe des Nets avant longtemps et pourrait me permettre de laisser végéter ce pari perdu sur le banc jusqu’au jour où il servira de contrat expirant dans ce futur où le cap space ne se créera pas tout seul comme en ce moment. J’ai sérieusement plus à gagner qu’à perdre dans cette histoire.

Les Suns sont conscients que personne ne veut de Knight. Il n’y a que mes Nets qui n’ont pas à s’inquiéter de le voir perturber une reconstruction ou une équipe compétitive par son salaire, son jeu et ses humeurs, car nous n’avons la possibilité de n’avoir ni l’un, ni l’autre. Les Suns et moi savons que personne n’est véritablement intéressé par l’ancien de Kentucky, c’est pour cela que la franchise arizonan ne demande rien en retour, voire même accepterait de prendre une valeur négative (toutefois moindre que Knight, à leurs yeux) en échange comme Andrew Nicholson et son contrat trop épais au regard de son utilité.

Je ne sais pas si KJ McDaniels est une valeur négative mais il garde encore ce potentiel de défenseur énergique et athlétique qui pourra être utile à l’avenir. Par contre, je n’ai aucun espoir vis-à-vis de Nicholson et je serai assez content que Phoenix m’en débarrasse. Il n’est pas très cher ($6 millions/an) mais c’est déjà trop, et pour trop longtemps (jusqu’en 2020), pour un intérieur de 27 ans qui n’est ni un bon défenseur, ni un bon shooteur extérieur.

Je valide donc ma part du transfert en triangle proposé en mettant Nicholson plutôt que McDaniels dans la balance.

___________________________________
February 23, 2017 – 14:43 ET
Réponse de StillBallin, GM momentanée des Hawks
DeAndre Bembry contre deux choix de draft du second tour des Raptors, hein? Même si ces derniers pourraient finir en relative fin de tour, il est toujours bon d’avoir des 2nd round picks, des fois qu’ils se convertiraient en un Paul Millsap, Isaiah Thomas ou Trevor Ariza. Mais Bembry est un choix de draft du premier tour, de l’été dernier qui plus est (n°21). La seule raison qui me ferait accepter cet échange serait que durant ces quelques mois de compétition NBA et lors desquels mon staff l’a vu à l’oeuvre de près, le rookie soit apparu peu en mesure de réussir à ce niveau. Comme les Hawks l’avaient déjà fait avec Adreian Payne et force est de constater qu’ils avaient eu du nez sur ce coup-là.

Arrivé dans la ligue avec une petite hype de chouchou des spécialistes grâce à son all around game, son intelligence de jeu et sa coupe de cheveux afro, l’arrière n’a droit qu’à une petite dizaine de minutes par match dans une équipe d’Atlanta qui se bat pour éviter une trop mauvaise place en playoffs. C’est largement insuffisant pour tirer une quelconque conclusion dans un sens ou dans l’autre.

C’est aussi largement insuffisant pour se faire une idée de ce qu’il peut faire ou ne pas faire à ce niveau. Et pourtant, on a pu voir sur ces quelques échantillons disparates le joueur malin, solide dribbleur, playmaker intéressant et défenseur valeureux qu’on avait observé en NCAA (ainsi que sa grosse lacune au shoot).

Bembry était un excellent choix en 21ème position de la draft l’été dernier et rien n’a encore remis en cause cela pour l’instant. J’appelle le GM des Suns pour lui dire qu’on a étudié sa proposition mais que nous la refusons.

 

A suivre.

StillBallin (@StillBallinUnba)

Related Posts

Facebook Comments

Leave a Reply