Ma NBA avec Andre Iguodala : « Steph dans ce cinq all-time, ce serait dingue ! »

Ma NBA avec Andre Iguodala : « Steph dans ce cinq all-time, ce serait dingue ! »

A 34 ans, le triple champion NBA, MVP des finales 2015, est revenu pour nous sur ses meilleurs moments, ses impressions, les coéquipiers et adversaires qui l’ont le plus marqué en 14 saisons, mais aussi de l’histoire. Un acteur et témoin privilégié.

Andre, quels sont les joueurs qui t’ont le plus influencé ?

Michael Jordan, bien sûr ! Mais aussi Penny Hardaway, Grant Hill et Scottie Pippen. Ils m’ont tous influencé. Ces trois-là, mon jeu s’est modelé autour du leur en grandissant. J’étais au lycée, je découvrais la compétition, comment devenir meilleur pour gagner. Je voulais faire partie des meilleurs, donc je regardais les meilleurs. C’est devenu une habitude, une seconde nature presque, de modeler mon jeu sur ce que je les voyais faire à la télé. Puis tu sais, ça a continué ensuite aussi, quand je suis arrivé dans la ligue. Paul Pierce, Vince Carter… Ce sont des joueurs qui ont eu une énorme influence sur moi. On était en opposition, donc il fallait que je les étudie pour les bloquer, mais en même temps, ce qu’ils faisaient m’inspirait aussi.

Quel est ton meilleur souvenir en NBA ?

Les amitiés. Ce lien que j’ai créé avec beaucoup de coéquipiers. Je crois que je suis encore en contact avec pratiquement tous les joueurs avec qui j’ai joué. A l’exception de deux ou trois gars, peut-être… Quand je vois un ex-coéquipier, c’est de suite « oh ! », c’est la famille. Ce sont des choses auxquelles beaucoup de gens ne prêtent pas attention. Les possessions matérielles, c’est devenu la priorité pour la plupart des gens. Mais ce qui est vraiment précieux, ce sont ces relations avec les autres.

« On te balance beaucoup de choses à la gueule quand tu joues en NBA, vraies ou fausses »

Et le plus mauvais ?

Le plus mauvais ? Sûrement gérer le stress mental qu’il y a autour de tout ça. La partie mentale, c’est vraiment la plus dure. J’ai toujours su que je pouvais jouer. Mais jouer en NBA, ce sont aussi beaucoup de responsabilités. On te balance beaucoup de choses à la gueule. Vraies ou fausses. Pour de bonnes raisons ou pour de mauvaises raisons… Il faut gérer pas mal de choses du côté de la famille. La famille élargie même. Toute l’organisation, pour pas mal de choses, pour pas mal de monde. Mais bon, tu vois aussi que ça te fait grandir. Au bout d’un moment, tu te rends compte que c’était un challenge, que tu l’as pris à bras le corps. Que tu ne t’es pas débiné. Que tu as appris à travers ça. Je ne changerais rien d’ailleurs.

Qui a été le joueur offensif le plus difficile à jouer pour toi ?

Je pense que la réponse la plus générale pour notre génération, c’est Kobe. Mais bon, la vérité c’est que, pour moi, Carmelo (Anthony) était vraiment, vraiment dur à jouer, dans ses meilleurs années. Il n’avait aucune faiblesse en fait. Il pouvait tirer, il pouvait partir en pénétration, il pouvait passer – bien mieux qu’on ne le croît d’ailleurs –, il était super physique, super costaud, avec un premier pas super explosif. Il était très, très dur à jouer. Lui et Paul Pierce aussi. Très durs.

Et le défenseur le plus difficile ?

Ron Artest était un monstre ! Et Dwight Howard. Quand Dwight était à son meilleur niveau, les meilleures années, tu ne pouvais même pas aller au panier. Efface ça, tu ne pouvais même pas aller dans la peinture ! Aucune chance. Kawhi est vraiment là aussi. Au même niveau. Pareil, il est costaud. Très, très, très costaud. Et il ne te lâche pas. Il a juste cette mentalité… La plupart des joueurs ne l’ont pas, défensivement, où ils ne vont jamais, jamais te lâcher comme lui. Il a une vitesse de pieds incroyable, il est très vif, il couvre tout le terrain… La totale. Il a même de longs bras et d’immenses mains ! Ça se joue à tellement peu de choses parfois, tu crois que tu l’as dépassé, que tu as réussi à te faufiler pour quelques centimètres, et bim ! Il comble la différence avec ça. Ce genre de gars, c’est des gars contre qui tu te dis : « mais comment je vais faire ? ».

« KD devrait être dans le débat meilleur joueur attaque-défense en ce moment »

Quelle est la salle préférée ?

Ma salle préférée. Hmm, je ne suis pas certain. Pas sûr d’en avoir une. Mais j’aime le Garden.

Madison Square ou Boston ?

Oh ! Madison Square, évidemment ! Boston est très bien aussi hein ! Ils ont une super fan base. Mais pour moi c’est le Madison Square Garden… Il faudrait voir en playoffs, aussi. J’aimerai bien tester les deux.

Le joueur les plus sous-cotés pendant ta carrière ?

Andre Miller et Jrue Holiday. Les deux. Andre aurait dû faire le All Star Game. Il a joué tellement de matchs sans être blessé en plus (en 17 ans de carrière, le meneur n’a manqué que trois matchs pour blessure, et sa série de 632 matchs d’affilée n’a été coupée que pour une suspension tombée après le match…) !

Qui est le meilleur joueur attaque-défense en NBA ?

Kawhi. KD, en ce moment, ça vaut le coup d’en débattre. Et de tous les temps, moi je mettrai Hakeem (Olajuwon). Et encore une fois, on ne se rend pas compte du niveau de Dwight quand il était au top. C’était une force ! (Il prend un air impressionné) Wooow ! Une force ! Pour les arrières ou meneurs, il ne faut pas oublier Gary Payton. Gary Payton quoi ! Et bon, Scottie (Pippen) à l’aile. Scottie… Scottie était incroyable.

« Anthony Davis va faire partie des plus grands de l’histoire »

Ton cinq de tous les temps, ce serait qui ?

MJ. Hakeem. C’est dur entre Tim Duncan et KG. Timmy, c’est dur de ne pas le prendre… Mais bon (Kevin) Garnett aussi. (Il hésite) Ecoute, pour ne pas avoir à choisir je vais mettre Rasheed Wallace ! Tu sais quoi ? Rasheed serait un énorme poste 4 dans cette équipe. Je vais mettre Sheed ! Larry Bird en 3. Meneur… (il hésite encore longuement) Merde ! Je vais mettre Steph (Curry). Je voulais mettre Magic (Johnson), mais j’aime LeBron un peu plus. Du coup je vais prendre LeBron. Ou Steph. Si on met Steph, personne ne peut nous arrêter, ça va être dingue ! Mais avec LeBron… J’aime les joueurs longs, donc bon, tu vois ? Mais je vais mettre Steph.

Et le meilleur cinq actuel ?

Steph en 1. Kawhi au poste 2. LeBron en 3 et KD en 4… Non ! KD en 3 et LeBron au poste 4. Et en pivot… Anthony Davis. AD, il a tout ce qu’il faut. Il va faire partie des plus grands. Il est super jeune, et il a déjà tout ce qu’il faut. Il doit juste continuer comme ça, il est déjà au top. Pour sûr. Il doit juste rester concentré. Et il joue pour gagner ! Tu vois des gars qui jouent pour faire leurs stats. AD a toujours joué pour gagner. Il va faire partie des plus grands de l’histoire.

On sent que tu as envie que certains joueurs réussissent. C’est facile de passer de la compétition à l’encouragement, voire l’admiration ?

Quand je joue contre ces gars, je ne les encourage pas du tout ! C’est la compétition, je veux les annihiler. Mais sinon, quand je vois leur talent, je veux qu’ils réussissent le plus possible. C’est clair.

Pour finir, quand as-tu réalisé que tu serais vraiment en NBA un jour ?

Quand j’ai été drafté. Je ne savais pas avant. Pas assez pour être sûr. Parce qu’à la fac (il a joué deux saisons à Arizona avant d’être pris par Philadelphie en 9ème position), ils te disent que tu n’es pas si bon que ça, parce qu’ils ne veulent pas que tu partes… D’ailleurs, je n’ai pas vraiment réalisé, ou pas vraiment profité, le soir même. Tu montes les marches, tu mets la casquette, tu serres la main d’Adam Silver, tu as les interviews, la famille, tout ça… Je n’ai pas vraiment réalisé. Le lendemain, la conférence de presse avec le club, là oui. Un super sentiment. Tu y es. Tout est cool.

Tous les MA NBA de la première saison sont à retrouver ici

Propos recueillis par Antoine Bancharel, à New York

4 Comments

  1. Je viens de lire l'interview :) Bon boulot !

Leave a Reply