Monte Morris : « Je suis mon plus grand adversaire »

Monte Morris : « Je suis mon plus grand adversaire »

Lors de la rencontre entre les Nuggets les Clippers il y a quelques jours, Monte Morris a montré toute son importance. Pourtant, le meneur ne tourne qu’à 7,5 points et 3,3 passes par rencontre, mais sa propreté (seulement 0,6 perte de balle par match cette saison) a fait beaucoup de bien à son équipe. Devant de 18 points dans le dernier quart, les Nuggets ont perdu trois ballons consécutifs, laissant leurs adversaires passer sous les dix points. Mike Malone décide alors de remettre son meneur remplaçant sur le terrain.

« Je l’ai fait entrer à nouveau en jeu parce que je pensais qu’il pouvait nous aider en attaque. Ils nous mettaient la pression, et avoir un autre porteur de ballon sur le terrain allait nous aider. Il a été très bon ce soir. » Mike Malone.

Un pari réussi, puisque Morris a passé les trois dernières minutes sur le parquet et les Nuggets se sont imposés de dix points (114 à 104). Le meneur de 24 ans, lui, a terminé la rencontre avec 12 ponts à 5/9 aux tirs et 6 passes décisives en 18 minutes de jeu. Une performance qui confirme son regain de forme sur les dernières semaines.

« Il est à nouveau agressif, il va vers le panier, est confiant en son jeu. Quand il fait ça, il a beaucoup d’impact pour nous en sortie de banc. » Mike Malone.

Depuis sept matchs, celui qui a été drafté en 51e position en 2017 tourne à 11 points (56% aux tirs et 44% à trois points) et 3,7 passes décisives. Mais d’où vient ce regain de forme ? Il a tout simplement trouvé son rythme, après la baisse de son temps de jeu depuis le début de la saison (18 contre 24 minutes par match).

« J’ai le sentiment que je suis mon plus gros adversaire. Je peux me renfermer sur moi-même si je loupe quelques tirs. Quand ça rentre, je me sens bien. Je dois juste aller sur le terrain avec toujours le même sentiment d’urgence et la même intensité. Je veux juste être en mode attaquant et créateur. J’ai la capacité naturelle à trouver les gars ouverts et à mettre des tirs. J’aime voir mes coéquipiers marquer. Quand je ne suis pas en mode attaque, je ne donne aucune chance à notre second unit. Le coach m’a dit après la rencontre d’être toujours agressif, qu’il ne savait pas ce que j’avais fait, mais que je devais rester comme ça. » Monte Morris.

Via The Athletic.

[Dernière chance] Voyage NBA : Assistez à deux affiches de rêve à Boston !

Leave a Reply