Gary Payton parle trash talk : « Ces 4 gars sont ceux que je voulais affronter parce qu’ils avaient du répondant »

Gary Payton parle trash talk : « Ces 4 gars sont ceux que je voulais affronter parce qu’ils avaient du répondant »

Considéré comme un des meilleurs trash talkeurs de l’histoire, Gary Payton a évoqué son art pour Hoopshype et notamment ceux qui brillaient aussi dans l’exercice et qui n’hésitaient pas à lui répondre.

« (rire) peu importe à qui je m’en prenais, ils ne répondaient pas. Le trash talk de Reggie Miller était bon, celui de Michael Jordan était bon. Je n’ai affronté Larry Bird que deux fois en deux ans et il était blessé la plupart du temps. Mais quand il a partagé le terrain avec moi, il a vraiment balancé de bons trucs. C’était un moulin à paroles et je ne savais pas qu’il était comme ça. Mais c’était le cas. Il était sûr de lui et arrogant. Il te défiait et t’annonçait où il allait shooter et te disait qu’il allait te shooter sur la tête, vous voyez ce que je veux dire ? Ces trois sont les principaux à avoir eu du répondant. Puis Kevin Garnett est entré en scène et il parlait beaucoup. C’étaient les principaux. Ces 4 gars ce sont vraiment ceux que je voulais affronter parce que je savais qu’ils avaient du répondant. La plupart des gars ne disaient rien ou quand ils le faisaient leur coach leur disait de la fermer et de me laisser tranquille parce qu’ils ne voulaient pas réveiller la bête. Voilà, c’étaient les 4 que j’avais hâte d’affronter. » Gary Payton

Si certains n’osaient pas rentrer dans le jeu du meneur, ce dernier n’avait aucune limite, peu importe l’adversaire, il n’hésitait pas.

« Je m’en foutais. C’était mon truc, chaque soir je faisais du trash talk pour voir ce que tu pouvais faire. Voir si tu pouvais parler plus que moi. Si ça allait te frustrer. Voir si tu allais être assez concentré pour ne pas te concentrer sur moi durant toute la rencontre. Pare ce que moi j’allais continuer de parler et de bien jouer. J’allais bien jouer parce que c’était mon jeu. Je n’ai jamais abordé un match genre ‘Ne me laissez pas parler à ce gars.’ Aucun de mes coachs ou coéquipiers ne m’a jamais dit ça. Ils disaient ‘Laissez Gary faire ce qu’il a l’habitude de faire.’ C’est ce que je faisais. C’était mon plan de jeu. Je voulais que mon adversaire soit dans un état d’esprit différent. S’ils se concentraient sur moi au lieu de leurs coéquipiers et du plan de jeu, ma mission était réussie. J’allais te garder dans ce piège et tu allais te faire remplacer après seulement une minute en raison des erreurs commises. C’était mon approche. » Gary Payton

Et dans la rue, beaucoup tentent de le défier et de voir ce qu’il a dans le ventre niveau trash talk.

« Oui, beaucoup font ça. Ils me voient quelque part et ils me disent quelque chose pour essayer de faire en sorte que je leur réponde et qu’il y ait un échange. Ils sont là ‘C’est tout ce que je voulais ! C’est pour ça que je suis venu te voir ! Ils disent que tu faisais énormément de trash talk sur le parquet donc je voulais avoir un aperçu et voir si tu tash talkes partout !’ Il y a beaucoup de fans qui font ça pour voir s’ils peuvent vous énerver. Parfois vous rentrez dans le jeu et vous vous amusez, mais parfois il faut laisser couler parce que ça devient incontrôlable. Mais oui, ça arrive. » Gary Payton

Leave a Reply