Jerry West : « Comme perdre un fils »

Jerry West : « Comme perdre un fils »

La planète basket est dévastée par la mort tragique de Kobe Bryant, mais il y en a certains pour qui la douleur est sans doute encore plus vive, ceux qui l’ont côtoyé de près, ont été des amis ou des mentors. C’est le cas de Jerry West, qui, comme tout le monde, a eu du mal à croire à la mauvaise nouvelle.

« Je ne savais pas si je devais y croire ou non. Je me suis dit ‘Oh, mon Dieu, cela ne peut pas être vrai. Ce n’est pas possible.’ Puis ça a été un choc. Je suis sans voix. J’essaye, je suppose, de réaliser qu’il est parti. C’est comme perdre mon fils. Je pense à sa famille. Je pense à sa fille décédée, et le voir avec ses filles et sa famille, voir les efforts qu’il a consacrés à son académie (Mamba Sports, en Californie du Sud), c’était quelque chose que la plupart des athlètes ne considèrent jamais. Et voir sa carrière changer comme ça, c’est tout simplement incroyable. Il allait faire une carrière légendaire en dehors du basket, et cela lui a été retiré si rapidement. … C’est tout simplement indescriptible pour moi. » West

A l’époque de la draft de Kobe Bryant, c’est Jerry West qui avait mis en place un deal pour récupérer l’arrière avec le 13ème choix. Superstar au lycée de Lower Merion High, le jeune Kobe, 17 ans, avait décidé de faire le grand saut en NBA, et après deux workouts, Jerry West a tout fait pour pouvoir le récupérer.

« Le premier workout était incroyablement intrigant et le second c’était juste incroyable. C’était un de ces talents uniques qui apparaît une fois de temps en temps et j’ai été chanceux de vivre ça. J’ai été chanceux de le voir grandir en tant que joueur. J’ai été chanceux de le voir se développer cette énorme fanbase, cette incroyable relation avec la ville de Los Angeles. » West

Les débuts, si jeune, n’ont pas été simples pour Kobe, mais Jerry West a tout fait pour qu’il s’adapte et sente au mieux aux Lakers. Son fils Ryan était notamment devenu son chauffeur personnel

« J’essaie de rassembler mes pensées et c’est vraiment difficile. Il a 17 ans et mon fils, Ryan, le conduisait en ville. Il venait chez nous, y mangeait. Je l’ai vu grandir. Il était frustré au départ parce qu’il était si talentueux, mais il n’était pas vraiment prêt à jouer en NBA à cause des nuances du jeu. J’essayais de rester en contact permanent avec lui, de lui demander comment il allait, de trouver ce qui pouvait être fait par la franchise pour que cela lui rendre les choses plus faciles. Il était si intelligent et avait les pieds sur terre. Il cherchait à avoir le plus d’informations possible. Je l’ai vu grandir en tant que joueur, j’ai été témoin de ses incroyables qualités et de son désir incroyable qu’il avait pour le basket. » West

La suite on la connait, 3 titres très rapidement gagnés avec Shaq.

Via The Athletic

Leave a Reply