Danny Ainge : “L’an dernier il y avait plus de bouches à nourrir, et ça n’a juste pas marché”

Danny Ainge : “L’an dernier il y avait plus de bouches à nourrir, et ça n’a juste pas marché”

Malgré la perte de Kyrie Irving durant l’été, les Celtics se portent toujours aussi bien, merci pour eux. Même si leur saison a pas mal été perturbée par les blessures, les hommes de Brad Stevens pointent à la 3e place de la Conférence Est à l’heure où la NBA est en pause. Danny Ainge est d’ailleurs revenu sur la saison actuelle avec la confirmation du talent de Jayson Tatum et l’intégration de Kemba Walker.

“Il joue très bien et je ne suis pas inquiet sur sa capacité à faire ressortir le ballon lors des prises à deux, surtout avec sa taille et sa longueur. L’équipe essaye juste de s’adapter à lui, ainsi qu’à Kemba [Walker], Gordon [Hayward], Jaylen [Brown] et Marcus [Smart] ; ils essayent de tous se trouver les uns les autres. Je pense que c’est le seul défi auquel nous faisons face. Je ne veux pas porter malheur, mais je suis enthousiaste par rapport à son développement et à celui de Jaylen et Marcus. Je pense qu’ils vont tous devenir encore meilleurs.” Danny Ainge

À ce joli noyau s’est ajouté cet été Kemba Walker, qui malgré quelques pépins physiques, semble être au centre du projet celte. Le GM de Boston est revenu sur l’importance de l’ancien Hornet et sur la dynamique de groupe, qu’il juge bien meilleure que l’an dernier.

“Kemba est un super coéquipier et un super joueur. Une nouvelle fois, nous en avons souvent parlé, mais je pense qu’il faut être opportuniste dans ce business. Vous devez saisir ces opportunités pour avoir votre chance. Tous nos joueurs ont eu ces opportunités notamment parce que nous n’avons quasiment jamais été au complet. Ça a ouvert des opportunités aux autres pour en faire encore plus. ” Danny Ainge

Lorsqu’il parle de l’attitude des joueurs cette année, difficile de ne pas penser à celle de Kyrie Irving l’an passé.

“L’attitude des gars cette année a été agréable, ils ont été davantage sur la même longueur d’onde. L’an dernier, il y avait plus de bouches à nourrir, et ça n’a juste pas marché. Ça n’est de la faute de personne. Cette année nous en avons moins à nourrir et c’est mieux.” Danny Ainge

Via Boston Herald

Leave a Reply