Penny Hardaway se remémore le retour de Michael Jordan : “C’était sa ligue. Mais quand il est revenu, j’étais genre : ‘Je suis le patron'”

Penny Hardaway se remémore le retour de Michael Jordan : “C’était sa ligue. Mais quand il est revenu, j’étais genre : ‘Je suis le patron'”

ESPN va diffuser à partir du 19 avril, le documentaire “The Last Dance“, sur le dernier sacre de Michael Jordan avec les Bulls. Pour l’émission Jalen & Jacoby sur ESPN, Penny Hardaway, membre de la dernière équipe à avoir battu MJ lors d’une série de playoffs (en 1995), est revenu sur les affrontements avec His Airness, sur et en dehors des parquets.

“Nous étions tous fans avant d’être dans la ligue. C’était sa ligue. Mais quand il est revenu, j’étais genre : ‘Je suis le patron’. Michael est Michael mais il devra me le prouver. C’était ma mentalité parce que je m’étais établi dans cette ligue. Lors de son retour, nous avons rapidement joué contre les Bulls, et il était un peu rouillé. J’avais toujours du respect pour lui mais vous devez l’attaquer avant qu’il vous attaque, donc nous avons essayé de l’énerver. Puis quand il a retrouvé son niveau, c’était terminé. C’était génial de le défier, si tu n’étais pas prêt à entrer sur le parquet pour te battre, il allait te tuer.” Penny Hardaway

En 1995, quelques mois après le retour de MJ, le Magic de Shaq et Penny avaient dominé les Bulls 4-2 au second tour, mais l’année suivante, avec un Jordan retrouvé, et des Bulls en mode record (72 victoires en saison régulière), le Magic n’avait eu aucune chance, balayé 4-0 en finale de conférence.

Le quadruple All-Star est revenu sur le MJ “off the court“, qui ne semble pas très différent de celui que l’on a pu observer sur le parquet, selon ses dires. Compétiteur, toujours, tout le temps.

“Michael c’est le compétiteur ultime. Il ne veut jamais perdre, que ce soit au golf ou aux cartes c’est la même chose. Je l’appelais ‘La Machine’. J’ai joué au golf trois jours d’affilée avec lui à faire plus de 36 trous chaque jour. J’ai dû me reposer pendant une semaine après ça. Je ne pouvais pas abandonner. Je ne sais pas comment il est fait, il n’est jamais fatigué.” Penny Hardaway

 

Leave a Reply