Jameer Nelson sur le feuilleton Dwight Howard en 2011-12 : « Si tu veux demander un transfert, fais-le discrètement »

Jameer Nelson sur le feuilleton Dwight Howard en 2011-12 : « Si tu veux demander un transfert, fais-le discrètement »

Après trois saisons consécutives en tant que défenseur de l’année pour Dwight Howard, une apparition en Finale NBA en 2009 puis en finales de conférence Est l’année suivante, Orlando est tombé au 1er tour en 2010-11. Le début de la fin, avec la demande de transfert d’Howard en décembre 2011, puis son transfert… 8 mois plus tard à Los Angeles.

« Tous les jours quand on arrivait, ça parlait de Dwight qui voulait être transféré, qui voulait que Stan (Van Gundy) soit viré, ce genre de choses. Jamais rien de positif. Mais je trouve qu’on a bien géré. On a continué à gagner, on s’est battus. Mais ça faisait beaucoup de poids sur les épaules de tout le monde, des joueurs au coaching staff, beaucoup de négativité. Tout ce qui se passe dans le sport professionnel doit rester dans le vestiaire ou les bureaux. Que ce soit avec le GM, le propriétaire ou le président de l’équipe, si tu veux avoir cette conversation, fais simplement en sorte qu’elle ne sorte pas d’ici. Si tu veux demander un transfert, fais-le discrètement. Comme ça, ça ne retombera pas sur ton coach, tes coéquipiers et tes fans. Ça a affecté tout le monde, jusqu’aux personnes qui travaillent au marketing. Plus personne ne prenait de plaisir. C’était comme vivre la fin d’un super film, une fin triste.

[…] On avait une culture et cette culture a été brisée,  c’est à ce moment-là que l’équipe a commencé à se dissoudre. Il y avait différentes raisons à cela mais la principale c’est que certains gars n’étaient plus en phase avec les autres. L’objectif a changé. Les réseaux sociaux faisaient leur apparition, l’image individuelle de certains gars grandissait. Gagner n’était même pas la priorité pour certains gars à ce moment-là selon moi. C’est pour ça que ça a explosé je pense. C’est décourageant, tu te dis : ‘Bof pas envie de venir à l’entraînement aujourd’hui parce que ça ne va pas être fun’. Nos entraînements étaient fun avant. Quand on gagnait, tout était fun. Mais quand les choses se sont un peu compliquées et que l’adversité a frappé, certains gars ne voulaient plus être là. » Jameer Nelson

Après trois saisons d’affilée à minimum 50 victoires, Orlando s’est qualifié pour les playoffs 2012 en terminant 6ème de la conférence Est avec un bilan de 37 victoires pour 29 défaites.

« Tout mettre sur le dos de Dwight ce n’est pas juste, parce qu’il y avait d’autres choses aussi. Certaines choses qu’on ne saura jamais sans doute. Mais j’aimerais beaucoup avoir une conversation avec lui un jour. Je l’ai toujours soutenu, j’étais de son côté, je voulais le voir réussir. Mais je suis impatient d’avoir un jour l’occasion de parler avec lui et de mettre certaines choses à plat. » Jameer Nelson

via HoopsHype

Jameer Nelson se tient prêt mais a aussi un plan B

Leave a Reply