Draft 2014 : Le profil de Noah Vonleh

Draft 2014 : Le profil de Noah Vonleh

IUUM00941
Getty Images

Classé parmi les meilleurs lycéens du pays (13e selon ESPN), Noah Vonleh n’aura pas connu une saison très enthousiasmante à Indiana, au sein d’une équipe des Hoosiers assez moyenne et orpheline de deux choix du top 4 (Victor Oladipo et Cody Zeller). Sur le plan personnel en revanche, Vonleh a réussi à taper dans l’œil des scouts NBA, suffisamment pour se voir promettre une place dans le top 10 voire même dans le top 5 de cette draft 2014.

Il faut dire qu’après les très beaux jours qu’avait connu le programme récemment, les Hoosiers n’avaient tout simplement pas assez de talent dans l’effectif pour prétendre à quoi que ce soit, d’autant plus dans une Big 10 (Michigan, Michigan State, Wisconsin, etc) pas loin d’être considérée comme la meilleure conférence du pays en compagnie de la Big 12. Vonleh est parvenu à accomplir une bonne saison au vue des qualités qui sont les siennes (11.3 pts et 9.0 rbs en 26.5 min) mais n’aura pas eu la chance d’aller bien loin avec Indiana (éliminés au premier tour du tournoi Big 10 et pas invités à participer à la March Madness).

Son profil physique demeure, et de loin, la meilleure carte qu’il peut jouer en tant que prospect. Possédant une bonne taille (6’9.5’’/2m07), son envergure de bras est, elle, exceptionnelle (7’4/2m23) et lui permet de « jouer plus grand » qu’il ne l’est vraiment. On n’a par exemple pas trop de mal à le projeter en tant que pivot une fois chez les pros malgré son léger déficit de taille pour ce poste-là. Vonleh n’est pas un athlète explosif mais est extrêmement lourd et puissant (247 lbs/112 kg), mature physiquement, quelque chose de généralement rare chez les joueurs aussi jeunes.

Il souffre cependant de ce manque d’explosivité dans sa finition au cercle, assez moyenne au vue des attributs physiques qui sont les siens. Il ne décolle pas rapidement du sol et ne monte donc pas aisément au dunk, devant se contenter bien souvent de tirs compliqués au cercle là où bon nombre de pivots NBA sont capables de conclure avec autorité.

De manière plus générale, son jeu sans ballon demeure assez moyen. Au-delà de ses qualités de finition, il n’est pas non plus très actif ou pertinent dans ses mouvements sans ballon pour se créer des opportunités. Ses mains, malgré leur taille gigantesque, ne sont pas les plus sûres qui soient, et il gâche un nombre un peu trop grand d’occasions de catch & finish en n’étant pas prêt à recevoir la balle. Vonleh est cependant assez agile pour un joueur de sa taille, et court notamment très bien en transition. C’est également excellent rebondeur offensif (3.6 off-rbs/40min), très actif et capable d’aller chercher beaucoup de secondes opportunités du fait de sa taille, de ses très longs bras et de sa présence imposante sous les panneaux.

Son jeu au poste reste encore largement en chantier. Il peut très bien verrouiller son défenseur avant de demander la balle, et est capable de scorer des deux mains sur hook-shot, se faisant avec un toucher de balle correct (difficile d’en avoir un excellent avec d’aussi grandes mains). Pour le reste, c’est beaucoup moins satisfaisant. Son footwork est clairement très mauvais, l’empêchant de posséder un répertoire de moves autre que très sommaire, et prenant très fréquemment de très mauvais appuis au moment de s’élever pour son tir. Il manque d’ailleurs de contre-moves lorsque le défenseur parvient à bien parer sa première intention. Il a connu une réussite correcte dans l’exercice au niveau universitaire, du fait de sa puissance et de sa taille, mais ce ne sera pas forcément le cas face à de bien meilleurs athlètes, plus longs et plus grands, dans la grande ligue.

Mis à part cela, Vonleh apporte tout de même une polyvalence offensive intéressante, bien qu’encore très timide et loin d’être parfaite. Il est capable de tirer à longue distance en réception de passe (un très bon 48% sur 1.1 3PTA/m), démontrant une plutôt bonne mécanique de tir sur jump-shot, même s’il faudra attendre un plus grand échantillon de tirs pour réellement juger de la fiabilité de cette arme. De plus, il possède une bonne qualité de dribble pour un joueur de son gabarit, et on l’a vu apte à faire face au panier et attaquer le cercle en sortie de dribble. Il manque d’explosivité ou d’un bon premier pas pour régulièrement faire la différence, et n’a peut encore améliorer son équilibre durant ses drives, mais il ne recule pas devant le contact. De manière plus générale même, Vonleh arrive bien à provoquer les fautes de par sa seule présence imposante dans la raquette (6.8 FTA/m) pour ensuite concrétiser avec une belle réussite depuis la ligne de réparation (71% FT).

Le gros point noir, et la source d’inquiétude principale autour de Vonleh, reste son sens du jeu très faible et son manque cruel d’instincts naturels. Il est vrai qu’il est encore jeune (19 ans en août prochain) mais n’en demeure pas moins en retard sur tout cela, par rapport à des joueurs du même âge. Concrètement, cela se traduit sur le terrain par un mauvais sens du placement (se retrouve sur le chemin d’un coéquipier qui veut driver, très mauvais timing sur cut, très souvent recadré et replacé sur le terrain par ses coéquipiers ou le coaching staff), une très mauvaise reconnaissance des situations de jeu, beaucoup d’erreurs non forcées (3.1 tov/40min), des fautes offensives fréquentes mais aussi un sens de la passe très pauvre.

Vonleh est un piètre passeur, avec une mauvaise vision du jeu, qui manque souvent des coéquipiers ouverts sous le cercle ou dans le périmètre, et manque de fondamentaux (pas précis, des passes nonchalantes, décolle du sol avant de faire sa passe, etc). Quelque chose que dont on s’aperçoit immédiatement en regardant ses stats l’an passé chez les Hossiers : 0.6 ast/m, 18 passes décisives pour 64 turnovers sur les 30 matchs de la saison.

Défensivement en revanche, Vonleh est déjà capable de performer à un bon niveau tout en conservant un très bon potentiel de ce côté-là du terrain.

Sur l’homme, c’est un superbe défenseur au poste, très solide et enclin à batailler, au bon footwork, qui bouche très bien les angles et conteste parfaitement les tirs de toute sa longueur sans avoir besoin de décoller du sol. Il possède également une excellente vitesse latérale pour quelqu’un de sa taille, et arrive très bien à contenir les pénétrations de par cette mobilité et son impressionnante envergure de bras. Il lui faudra cependant de meilleurs fondamentaux, une meilleure discipline et science du jeu pour arriver à le faire efficacement et régulièrement. Il possède un très bon potentiel sur Pick&Roll mais également quelques lacunes conséquentes qui l’empêchent d’avoir un bon niveau dans l’exercice à l’heure actuelle. Il  est souvent hors de position, trop bas pour contester le tir ou contenir le drive, et manque de connaissance et de maîtrise du sujet plus généralement. Mais c’est à n’en pas douter qu’il pourra à terme s’avérer excellent dans l’exercice de par ses mensurations, sa mobilité, et s’il travaille sur ses fondamentaux.

Loin du ballon en revanche, il fait preuve d’une attention moyenne et d’un QI défensif assez faible. Il ne sait pas quand aider, comment aider, dans le bon timing, et se retrouve fréquemment hors de position. Ce n’est pas non plus un superbe protecteur du cercle. Ses bras interminables lui permettent de rejeter quelques ballons à l’occasion (2.1 blk/40min), mais il ne fait pas preuve d’un excellent timing sur contre, mord encore bien trop régulièrement sur feintes, est en retard pour aider au cercle en raison d’une anticipation et d’une lecture du jeu très moyenne, et son manque d’explosivité lui coûte un certain nombre de contres potentiels.

Vonleh est en revanche un remarquable rebondeur défensif (9.9 def-rbs/40min), très lourd, puissant, très efficace sur boxout pour bloquer son attaquant, qui se sert très bien de ses bras longs de 2m23 et qui joue avec une très grande énergie et intensité.

L’un dans l’autre, Noah Vonleh ne fait peut-être pas figure d’un prospect NBA exceptionnel, mais n’en demeure pas moins intéressant, d’autant plus quand on garde en tête qu’il n’a que 18 ans et est le second plus jeune joueur de cette classe de draft derrière Aaron Gordon. Ses instincts assez moyens et son sens du jeu assez en retard peuvent toutefois laisser de très sérieux doutes à son sujet, également en terme de développement et d’exploitation du potentiel qui semble être le siens.

Il faut évidemment être conscient que Vonleh reste un projet sur le moyen/long terme, et que son seuil maximum n’est pas forcément au-dessus d’un très bon role player défensif, capable d’apporter une dizaine de points de par sa polyvalence offensive loin d’être inintéressante. Mais c’est quelque chose que son statut de probable top 5 pick ne dit pas forcément. Clairement un potentiel intéressant sur le papier, qu’il sera bon de réévaluer d’ici trois à quatre ans afin de pouvoir juger de sa dynamique de progression et avoir une idée plus précise du joueur qu’il deviendra à terme.

Guillaume (@GuillaumeBInfos)

Profil Vidéo Draft 2014 : Joel Embiid

Profil Vidéo Draft 2014 : Jabari Parker

Profil Vidéo Draft 2014 : Andrew Wiggins

Profil Vidéo Draft 2014 : Marcus Smart

2 Comments

  1. Un peu négatif tout ça. Vonleh, c'est aussi une vraie menace potentielle sur pick and pop, un rat de gymnase qui pour l'instant manque avant tout de confiance, et qui possède la mobilité pour devenir aussi très dangereux sur pick and roll.
    Il shoote même très correctement et certains scouts l'attendent comme très proche du all star dans quelques années.
    Oui ca manque de certaines choses mais ce joueur peut très bien devenir un nouveau Kenneth Faried.

    1. Sur P&R, son manque de finition, de verticalité et d'explosivité (il est agile pas mais pas explosif, ni super vif) devrait tout de même limiter plus ou moins l'impact qu'il peut avoir dans l'exercice.

      Son shoot est bon en effet, comme dit dans le texte, même s'il faudra voir ce que ça donne sur plus de tentative pour confirmer sa fiabilité. Mais de là à ce que ça en fasse un All star, non quand même pas. Il peut shooter, mais ce n'est pas un shooteur (dans le sens que le jump-shot n'est pas non plus la meilleure arme de son répertoire dont il s'en sert remarquablement, c'est pas LaMacus Aldridge quoi).

      La comparaison avec Kenneth Faried ne me semble pas pertinente d'un point de vue profil mais en terme de potentiel/seuil maximum ça colle. Tu est prêt à dépenser un 4e ou un 5e choix pour le nouveau Kenneth Faried toi ? Personnellement moi non (surtout avec les talents de cette année) mais ça veut pas dire que c'est un mauvais joueur, juste qu'il a pas une marge de progression énorme sur ce qu'il a montré.

Leave a Reply