Chasse au MVP, épisode 7 : le retour du Roi

Chasse au MVP, épisode 7 : le retour du Roi

Miami Heat v Cleveland Cavaliers
USATSI

Vous vous êtes inquiétés, fallait pas. La chasse au MVP est de retour. Cette semaine, pas de grande fantaisie. Faut dire qu’on connaît déjà plus ou moins (voire plus que moins) le nom du futur vainqueur… Quoique. Depuis le retour du All Star break, un alien venu de Floride semble vouloir remettre les choses à l’endroit. C’est cool, ça va nous occuper. Enfin, surtout moi. Bonne lecture.

 

  • Le boss : 26.9 pts à 58% (dont 37% à 3 pts), 7.1 rbs, 6.5 pds pour 29.5 d’évaluation en 37 min

Attention, le garçon est en plein crescendo. Après une partition pianissimo chez des Mormons bienheureux de tomber sur un LeBron en mode berceuse (13 pts à 4/13), le gros a déclaré ouverte la saison NBA 2014. Ou, en tout cas, la sienne. Depuis, il a distribué les pains de l’autre côté du Mississippi. Phoenix a aimé (37/9/3), Golden State a dégusté (36/13/9 + un shoot de la gagne de martien)… Ses adversaires avaient même espéré qu’avec la pause du ASG, LBJ en profiterait pour se calmer. Mouais. Disons qu’il a ronronné en Louisiane (22/7/7 en 33 min, quand même) mais qu’il a repris son entreprise de démolition depuis. Surtout que le garçon a croisé des équipes avec lesquelles il a un léger passif. A Dallas, il a balayé les souvenirs sous le tapis (42/9/6). Et puis, à OKC, il avait à cœur de calmer un KD qui se voit déjà avec la statuette de MVP entre les pattes. Le mutant a dominé (14 premiers pts de son équipe, 33 au final), est reparti avec la victoire et surtout avec un nez en moins après une bonne manchette d’Ibaka. Ce qui ne l’a pas empêché de posterizer le congolo-espagnol. Propre. Comme son costard face à Chicago, dans lequel il a coaché un Heat à nouveau vainqueur. Pas mal. Mais gagner le titre NBA pour la troisième fois de suite avec un lapin et un canard dans son équipe, ça commencerait à claquer sérieux. Il se murmure en effet que LeBron pourrait être à l’affiche de Space Jam 2…

 

  • La baguette magique : 31.6 pts à 51% (dont 40% à 3 pts), 7.7 rbs, 5.5 pds pour 32.2 d’évaluation en 38 min

Après un mois de janvier où il était devenu totalement incontrôlable (35.9 pts à 55%), le gamin s’est calmé. Ou presque (33.6 pts à 48% en février). Du délire. Après, on va pas tomber non plus dans la caricature statistique à la Philippe Doucet, surtout après avoir vu la prestation de KD face aux Clippers hier. Les chiffres ne disent pas tout, eh oui. Le gringalet a en effet signé son premier match à plus de 35 pts/10 pds en carrière (42/3/10) mais n’a pas eu son impact habituel sur le match, surtout en fin de partie. Si on pousse un peu et compte tenu de sa ligne de stats de fou, le garçon a même été discret, genre de truc rare, encore plus à domicile et devant les caméras nationales. Si on ressort la palette à Dou-Douce, cette fois en mode pessimisme à outrance et perte de tout sens commun, on peut même dire que son efficacité se transforme de plus en plus en boulimie croqueuse, en témoigne sa prestation lors de l’ASG (6/17 de loin + la défaite). En plus, son équipe vient de perdre deux fois de suite à domicile (Miami puis les Clippers). Et puis, il perd quand même une masse de ballons (3.8 en janvier, 5.2 en février). Mais calmons-nous, hein Philippe. Son titre de MVP, il l’aura.

 

  • Le guerrier chevelu : 12 pts à 47%, 11.4 rbs, 4.5 pds pour 22.1 d’évaluation en 34 min

Une anomalie de le retrouver là tant son manque de talent intrinsèque, son shoot chelou et sa coupe de cheveux de hippie ne l’aident pas. Mais voilà… Qu’on l’aime ou non, Noah est monstrueux de volonté et d’envie de bien faire. Toujours à 200%, prêt à mourir pour ses coéquipiers et surexcité, même après une simple déviation d’un ballon en touche, ce mec incarne les valeurs d’un basket qui n’existe plus. Surtout, la notion de collectif lui parle, chose assez rare en NBA de nos jours. Sur le terrain, il est le leader de Bulls complètement décimés. Et, comme tout bon candidat au trophée de meilleur joueur de la saison, il rend ses coéquipiers meilleurs. Au-delà de son jeu à proprement parlé, il donne le ton, par son implication, et fait monter tout un collectif en intensité. Vu le contexte, le bilan comptable est bon (29-26) et Jooks enchaîne les grosses perfs (19/16/11 vs Atlanta, 14/13/7 vs Brooklyn, 20/15/3 à Miami). Franchement, son équipe fouette et pourtant… Personne n’est jamais pressé de croiser le chemin des Taureaux tant leur réputation de morts de faim n’est plus à faire. Évidemment, Thibodeau est le principal artisan de cette mentalité. Soit. Mais Noah en est son visage.

Noah
Reuters file photo

 

  • La bombe humaine : 24.3 pts à 54%, 9.9 rbs, 3.6 pds pour 26.3 d’évaluation en 36 min

Les semaines passent et l’homme au physique de balle rebondissante continue à monter en régime. Sur le mois de février, il tourne à 31.7 pts (à 56%) et 10.9 rbs. Des chiffres « Durantiens ». Mieux : Griffin est le premier joueur depuis Duncan à tourner à 20/10 ou plus sur ses quatre premières saisons en NBA. Au-delà de ces chiffres, sympas au demeurant, le rouquin pèse de plus en plus sur le jeu. Surtout, son impact ne semble pas trop avoir souffert du retour de CP3. Et puis, on le savait mais Doc Rivers l’a confirmé, le gamin bosse. Aux lancers par exemple, ça commence à porter ses fruits (70% sur la saison). Seule ombre au tableau, le fiston s’est un peu troué (20/7/6) pour son retour sur ses terres, devant papa & maman. Mais bon, les Clippers l’ont emporté. Et puis, surtout, on sait maintenant d’où Griffin tient sa rousseur. Finalement, n’était-ce pas là l’essentiel ?

 

  • L’usine à stats : 26.5 pts à 46% (dont 38% à 3 pts), 13.2 rbs, 4 pds pour 31.2 d’évaluation en 36 min

Ne comptez plus sur moi pour tailler ce brave Kevin, incapable de faire gagner ses louveteaux malgré son rendement de mammouth. Ne comptez pas sur moi non plus pour dire que ses stats sont ahurissantes mais ne servent à rien. Non. Soyons indulgents. Et voyons le positif. Déjà, Love n’a pas connu de blessure importante cette saison, youpi. Surtout, il n’a jamais semblé aussi régulier et complet que cette saison. C’est bien simple, l’ancien gros lard d’UCLA n’est pas tombé une seule fois sous la barre des 26 pts ce mois-ci. Il a même enregistré son premier triple-double en carrière à Salt Lake City (37/12/10). Et puis bon, répéter des perfs monstrueuses nuit après nuit, c’est quand même unique en NBA : 43/19 à Atlanta, 31/17 vs Lakers, 36/19 à New Orleans, 32/11/8 vs Denver, 42/16 vs Indiana… tout ça en février. Spectaculaire. Et dommage. A quelques bornes près, Minneapolis pourrait basculer dans la conférence Est et du coup prendre la 6ème place, synonyme de Playoffs. Love aimerait bien. Reste plus qu’à déménager la franchise un peu plus à l’est. Ou à gagner plus de matches…

Love
USATSI

Les autres :

  • Steph’ Curry est toujours aussi classe mais a foiré sa première apparition au ASG : 12 pts à 2/11 de loin. Vilain. Ça valait le coup de faire ch*** le monde et de dire à qui voulait l’entendre que tu voulais y aller hein…
  • MVP du ASG, Kyrie a cartonné : 31 pts à 14/17, 14 pds. Mais galère toujours autant dans son costume de Cavalier.
  • Dragic n’a finalement pas eu le droit à son invit’ à New Orleans. Blacklisté à ce point, le mec doit avoir des cadavres dans le placard… Une relation extra-conjugale avec Eve Silver, femme d’Adam ?
  • Enfin, le sous-coté du jour : Chris Bosh. Ce mec-là vit dans l’ombre de Wade et James. Bon, surtout de James. A la base, cette espèce de croisement entre un T-Rex et une girafe préhistorique est un franchise player. A Miami, il a eu l’intelligence de mettre son ego de côté et ses talents au service du collectif floridien. La classe. Et puis bon, on peut se foutre de lui mais le mec a deux bagues. Un palmarès sans équivalent chez les dinosaures.

Par @Papadiplodocus

8 Comments

  1. A la base, cette espèce de croisement entre un T-Rex et une girafe préhistorique est un franchise player.

    Haha, you make my day !

    Très bon article : objectif, technique mais très plaisant à lire. J'attend le prochain article avec impatience !

    1. Great ! J'espère que les précédents articles t'avaient plus aussi… Y'a plus qu'à partager maintenant !

  2. Waouh là Noah c'était pour placer un français en l'absence de TP ? x)

    Certes Noah est en mode monstre FP de chicago avec un triple double de temps à autre, mais bon le mettre en candidat en mvp je trouve que c'est largement exagéré. Son équipe est à peine au dessus de 50%, et aux niveau stats perso, même si 4 assist par match c'est beaucoup pour un pivot, 12 points à 47% c'est pas super joli pour un mvp…

    Non franchement quitte à placer un pivot dans ce cas j'aurais mis Dwight Howard dans ce cas, Houston enchaine les victoires et a actuellement gagné 9 de leur 10 derniers match et est à présent 3ème à l'Est avec 68% de victoires. Il st aussi au-dessus au niveau stats perso, il fait du 18.8 pts à 58% aux shoots, et 12,6 reb par match sur la saison. Et il a dominé pendant tout ce dernier mois avec 23pts à 63% et 13.5 reb par match (avec aussi 63%aux lancers qui est habituellement sont point faible).

    Perso si j'avais un top 5 ce serait surement: KD, LeBron, Griffin, Howard, Love

    1. Attention, mon Top 5 n'est pas forcément un Top 5 classique, copier/coller de NBA.com.

      Et puis bon, je sais pas si on peut dire que Noah est encore français hein… :) Si t'as lu le paragraphe sur Noah et que tu suis mes différents rankings, je l'ai mis pour la simple et bonne raison que, sur les dernières semaines, le mec fait son taff. Après, c'est clair que c'est osé de le mettre dans la conversation mais c'est justement le but :)

      Après, mettre Dwight, mouais… On verra à l'avenir. Perso, il m'en faudra beaucoup plus pour le faire apparaître ici :)

  3. J'avoue qu'avec son amour pour l'équipe de france qu'il garde bien pour lui ses derniers temps, difficile de dire qu'il est français ou non ^^"

    Mais sinon oui je suis les rankings à chaque fois qu'ils sortent, et j'ai bien l'habitude de faire apparaître les joueurs qui ont fait de belles performances durant les dernières semaines plutôt que sur toutes l'année pour éviter d'avoir quasi le même 5 à chaque fois. Et c'est justement pour ça que je proposais Howard, parce que Noah c'est 6 victoires pour 4 défaites sur les 10 derniers game, et des stats de 13.5 pts à 54%, 11.5 rebonds et 6 assist. Effectivement il fait le taff, mais avec les stats d'Howard sur les derniers matchs que j'ai déjà mis on peut voir que lui aussi fait largement son taff personnellement et ça se voit sur les résultats de son équipe.

  4. Pas faux :) Ton argumentaire se tient !

    Après, à la vue des matches, Noah a quand même bien plus d'influence qu'un D12. Et Dwight est quand même sacrément mieux entouré aussi… Bref ! En tout cas, ton retour fait plaisir :))

  5. Toujours aussi bon continues et moi je partage ^^

Leave a Reply