Dans les coulisses de la transformation de Myles Turner

Dans les coulisses de la transformation de Myles Turner

Que se cache-t-il derrière la jolie transformation de début d’été (en attendant de nouvelles photos) de Myles Turner ? D’abord, la frustration d’être sorti pour 6 fautes alors qu’il restait un peu plus de 4 minutes à jouer dans le Game 7 du 1er tour des playoffs face aux Cavs. Un échec qui lui a permis de se regarder dans le miroir, au sens propre du terme.

« J’étais grassouillet, je me fatiguais beaucoup plus vite, en grande partie à cause du fait que je mangeais du fast food ou de la pizza avant les matchs. » Myles Turner

Adieu donc Popeyes, Waffle House et autres Whataburger. Et les 8 parts de pizza qu’il était capable d’avaler en un seul repas.

« Tout le monde m’en parlait (de son régime alimentaire), mais la saison dernière ça a vraiment commencé à m’affecter. Je suppose qu’en vieillissant, mon métabolisme n’était pas aussi haut qu’avant… J’étais crevé.

Partez à New York pour assister à plusieurs matchs NBA

Aujourd’hui je sais que je me sens différent. Dans mes mouvements sur le terrain, je me sens plus… Je ne pense pas que ‘majestueux’ soit le mot mais je me sens mieux, pas aussi instable qu’avant. Et plus bien solide globalement. »

Sous la direction de celui qui s’est longtemps occupé de Kevin Garnett, Joe Abunassar, Turner a adopté de nouvelles habitudes. Natif de Texas, il a passé la majorité de son été dans un ranch de Fort Worth. Au programme de ses journées, qui démarraient par un réveil à l’heure du lever du soleil : course à pied, musculation, athlétisme, boxe et bien sûr basket. Mais aussi yoga. Oui, même avec ses 2,11m. Autant d’efforts qui lui permettront il l’espère d’accomplir de grandes choses aussi bien personnellement que collectivement (Indiana a été éliminé au 1er tour ces 3 dernières saisons).

« L’un de mes objectifs est d’être All-Star. C’est une chose dont chaque joueur NBA rêve je pense.

C’est une grosse année qui se profile. Mais pour les Pacers en général tout simplement. On ne va plus prendre les gens par surprise maintenant. Les gens savent de quoi on est capable. Je dois être cette présence pour qu’on puisse passer au niveau suivant et être l’équipe qui sorte de l’Est. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour travailler dur et donner aux Pacers ce qu’ils ont drafté. » Myles Turner

À 22 ans, Turner est éligible à une prolongation de contrat avant le début de saison. En 2017-18, il tournait à 12.7 points (35.7% à 3-points), 6.4 rebonds et 1.8 contre par match. Terminer meilleur contreur de la ligue fait aussi partie de ses objectifs.

« Avec ce monstre (LeBron James) parti, l’Est est un peu plus ouvert. Ça va rester compétitif, mais j’en ai marre de perdre au 1er tour. Ça fait 3 ans.

2 Comments

  1. Première photo, il ne contracte pas et n'est pas huilé.
    Deuxième photo, il contracte et est huilé.
    La transformation n'est pas si énorme que cela.

    1. la photo date d'il y a 2 mois ;)

Leave a Reply