Accueil » Souviens toi cette série là » Souviens toi cette série là … Pistons – Knicks 1984

Souviens toi cette série là … Pistons – Knicks 1984

Aujourd’hui, c’est au milieu de années 80′s que nous atterrissons pour ce nouveau numéro de « Souviens toi cette série là… », en 1984 plus précisément pour assister à un des duels les plus épiques qu’on ait vus dans cette ligue. Ce duel va se dérouler durant le premier tour des playoffs, dans la conférence Est, et va mettre en scène les New York Knicks et les Detroit Pistons, et plus encore, va mettre en scène deux superstars de l’époque : Bernard King et Isiah Thomas.

 

1984 est une date clé dans l’histoire de la NBA. D’une part car c’est en 1984 que vont se dérouler les premières Finales Boston – LA de l’ère Magic & Bird, des finales qui vous vous en doutez resteront dans les mémoires de tous. 1984 également c’est l’arrivé d’un certain David Stern en tant que nouveau commissionnaire de la ligue. 1984 c’est encore l’année d’une superbe cuvée de draft, celle des Michael Jordan, Hakeem Olajuwon, Charles Barkley, John Stockton, qui avec leurs potes des drafts suivantes (Ewing, Malone, Robinson, etc) allaient dicter leur loi pendant toutes les 90′s et prendre part à l’originelle Dream Team de 1992. Et donc, 1984 c’est enfin ce superbe duel entre Isiah Thomas et Bernard King au premier tour des playoffs 1984.

Si l’on connait très bien Isiah Thomas, le meneur de poche des Pistons, un des plus fantastiques manieurs de ballon et sans doute un des meilleurs parmi les meilleurs meneurs de jeu des 80′s, qui allait mener Detroit vers deux titre en 1989 et 1990, Bernard King est lui beaucoup moins connu du grand public. Pourtant, King fait partie de ses joueurs parmi les plus dangereux offensivement qu’on ait vu passer dans cette grande ligue américaine. Très athlétique, excellent shooteur, Bernard est tout simplement une machine offensive impressionnante, qui claquera tout de même 32.9 points par match sur une saison, rien que ça, et tournera en carrière à 22.5 points par match. Pourtant, les Knicks ne sont pas éblouissants et pour cause, King paraît bien seul dans cette équipe.

Bernard King, scoring machine recruté pour tenter d’offrir le titre à NY

Même chose pour Isiah Thomas, déjà le patron d’un Detroit qui n’était pas encore la fabuleuse équipe qui allait dominer la conférence Est et toute la ligue même à la fin des 80′s. Les Pistons ne sont pas encore les Bad Boys, Rodman n’est pas là, Dumars non plus, mais Laimbeer est là, tout comme Kelly Tripucka, lui aussi un super scoreur qui tenait le rythme de plus de 20 unités par match durant ses premières années à Detroit.

 

Et même si c’est Detroit qui part favori, il faudra bel et bien un Game 5 pour départager les deux équipes, la qualification se jouant en 3 matchs gagnant à l’époque pour le premier tour. Sur les quatre premiers matchs, King a tourné en moyenne à 42 point par match, tout simplement phénoménal. Et nous revoici à Detroit pour ce match décisif, et New York devra même faire avec un Bernard King souffrant de la grippe, et blessé au  doigt sur ses deux mains … Pourtant il en faut plus pour l’arrêter et il allait compiler 40 points pendant le temps réglementaires, menant les Knicks à priori vers une victoire décisive. Mais c’était sans compter sur Isiah Thomas qui allait nous offrir une des plus incroyables performances de l’histoire de ce sport. Avec les Pistons en retard, Thomas allait prendre les choses en main et marquer paniers sur paniers, pour un total de 16 points en une minute et trente secondes de jeu (!) et envoyer le match en prolongation.

Performance titanesque pour le lil’ guy

Et ces prolongations allaient devenir un duel épique entre les deux super stars, qui se répondaient à chaque fois, à chaque panier. Finalement, c’est Bernard King qui allait l’emporter, et envoyer New York en demi finale de Conf’. King, pourtant un des plus grands scoreurs de ce jeu, n’a pas encore été intronisé au Hall of Fame, échouant encore une fois en 2012. Isiah Thomas lui avait échoué dans ce Game 5 crucial à Detroit qui plus est, mais sa performance restera gravée pour encore longtemps dans les anales de la NBA. Et il aurait de toute façon le temps de se rattraper, atteignant les Finales 4 ans plus tard où il tombera contre les Lakers de Magic, mais décrochera son premier titre l’année suivante contre ses même Lakers, trustant de plus le trophée de MVP des Finales. Les Bad Boys dominaient enfin la NBA et seul les Bulls d’un certain Michael Jordan allaient pouvoir les stopper.

Mais ça, c’est une autre histoire …

 

_____________________________________

Prochain épisode : Los Angeles Lakers – Detroit Pistons 2004

Episode 1 : Lakers – King 2002

Episode 2 : le duel Iverson – Carter 2001

Episode 3 : le parcours des Rockets en 1995

Episode 4 : le duel Bird – Wilkins 1988

Episode 5 : la rivalité Heat – Knicks

Episode 6 : Bulls – Pistons 1990

Episode 7 : Sonics – Nuggets 1994

Episode 8 : Rockets – Lakers 1986

Episode 9 : Bulls – Suns 1993

 















Répondre