[Interview] Marvin Williams : « Tony Parker est aussi une légende aux US, c’est une légende partout »

[Interview] Marvin Williams : « Tony Parker est aussi une légende aux US, c’est une légende partout »

La saison régulière NBA s’exporte pour la première fois en France et l’attention médiatique est énorme autour de cette rencontre et des deux équipes Bucks et Hornets. Hier Charlotte s’est entraîné du côté de Levallois et on pu s’entretenir avec un des vétérans de l’équipe : Marvin Williams.

Bonjour Marvin et bienvenue à Paris ! C’est ton premier match de saison régulière en-dehors des US, qu’est-ce que ça représente pour toi ?

Ca représente beaucoup, venir ici pour un match à l’international, être en France pour jouer un match de ce niveau, c’est vraiment un moment spécial pour chacun d’entre nous.

Tu as joué avec plusieurs joueurs français comme Pape Sy, Rudy Gobert, Nicolas Batum ou encore Tony Parker, qu’est-ce qu’ils avaient en commun ?

Ils étaient tous très très intelligents. Ils savaient tous comment jouer au basket de la bonne manière. Je pense que la France est un super pays pour les joueurs de basket. J’ai eu de la chance de jouer avec ces gars-là, ils étaient vraiment intelligents.

Est-ce que tu penses que c’est pour cela que la ligue est devenue plus internationale depuis ta draft en 2005 ?

C’est sûr. Il y a maintenant tellement de joueurs qui viennent de tellement de pays différents et leur nombre grandit chaque année. C’est vraiment génial que le basket devienne un sport si international. Beaucoup de gens y jouent dans le monde entier donc tant que ces joueurs internationaux peuvent apporter au basket et changer le jeu, il y aura de plus en plus de nations représentées en NBA.

Tu as joué avec Tony Parker, c’est une légende ici en France, qu’est-ce qu’il a pu t’apporter ?

Tony Parker est aussi une légende aux US, c’est une légende partout (rires). Personnellement, il m’a appris à faire attention à plein de petits détails, notamment pour prendre soin de mon corps. Même si j’ai joué avec lui à un stade avancé de ma carrière, j’ai pu apprendre de lui sur la préparation de mon corps pour les matches. J’ai vraiment eu de la chance de l’avoir comme coéquipier.

Tu joues pour Michael Jordan, Nicolas Batum nous avait dit que c’était toujours impressionnant de le voir, qu’en penses-tu ?

C’est génial. J’ai eu la chance de le rencontrer bien avant d’arriver à Charlotte parce que j’ai joué dans la même université que lui (à North Carolina). J’ai donc la chance d’avoir une relation un peu privilégiée avec lui, mais bien sûr que c’est génial de jouer pour lui.

Quel est le meilleur conseil qu’il t’a donné ?

C’est difficile de n’en retenir qu’un seul. On a énormément parlé de sujets basket, business ou même de la vie. C’est vraiment quelqu’un de bien.

En tant que vétéran, qu’est-ce que tu apportes à cette équipe ?

La chose la plus importante, c’est mon expérience. J’ai vécu de nombreuses choses, j’ai joué de nombreux matches en NBA avec différents rôles et à différents postes. J’essaye d’apporter mon expérience à tous ces jeunes pour qu’ils évoluent le mieux possible.

Tu es l’un des derniers représentants de la draft 2005. Est-ce que tu échangerais ta longue carrière contre une plus courte, mais avec une sélection all-star comme Danny Granger ou avec une bague comme Ronny Turiaf ?

J’ai eu beaucoup de chance, je n’ai aucun regret par rapport à ma carrière même si bien sûr, tout le monde veut gagner un titre, c’est le but ultime. Mais vraiment, je n’ai aucun regret.

Les fans français des Hornets se demandent : d’où vient ta célébration à trois points ?

(rires) Je le fais pour mon neveu de 8 ans, il adore quand je fais ça donc je continue pour lui !

Pour finir, qu’est-ce que Nicolas Batum vous a dit à toute l’équipe avant de venir ici ?

Il nous a dit beaucoup de choses ! J’essaye de le suivre depuis que je suis ici. Il nous a conseillé des restaurants, des endroits où emmener nos enfants, mais j’essaye vraiment de rester avec lui autant que je peux ! »

Propos recueillis par Hugo Givernaud à Paris 

Leave a Reply