Rudy Gobert pousse un petit coupe de gueule

Rudy Gobert pousse un petit coupe de gueule

Pour la reprise, le Jazz d’Utah semblait encore en vacances pour la réception des Spurs de San Antonio. Ils ont pris l’eau en première mi-temps puisque les coéquipiers de Rudy Gobert se sont retrouvés menés de 21 points, 61-54. Après la rencontre le double défenseur de l’année a poussé un petit coup de gueule.

“C’est à nous d’être plus physiques et de démarrer la rencontre en étant tranchants, comme nous avions l’habitude de le faire. Si tu veux être champion, si tu veux être une des meilleures équipes de la ligue, nous devons être ainsi et nous devons jouer chaque soir avec la volonté de prouver des choses. Ils ne nous respectent pas vraiment, ils nous rentrent dedans, nous bousculent, nous contestent et nous ne réagissons pas, nous empêchent de faire ce que nous voulons. Puis offensivement, ils ont eu de la liberté. Dejounte Murray et tous ces gars ont joué comme s’ils venaient de sortir d’une cage et ils ont fait ce qu’ils voulaient parce que c’était facile.” Gobert

Le Jazz a tendance ces derniers temps à ne pas très bien démarrer et se retrouve à courir après le score et n’adopte le bon mode que tardivement et comme face aux Spurs, cela ne pardonne pas. Et le Français n’a pas hésité à pointer du doigt la défense des extérieurs, notamment que les Spurs ont inscrit seulement 28 points dans la raquette contre 42 pour eux, mais ont shooté à 50% de loin.

“Ils n’obtenaient rien au cercle, mais ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient à l’extérieur. Donc c’est à nous de trouver les solutions que nous pouvons en tant qu’équipe pour les pousser à se précipiter et les pousser à aller au cercle pour voir ce qui se passe.” Gobert

Rudy souhaite que le Jazz soit l’équipe qui ne laisse aucune chance à son adversaire dès le début de la rencontre et le prenne à la gorge.

“C’est à nous d’aborder les rencontres avec l’état d’esprit de tueurs. Il ne faut rien leur donner. Il ne faut pas les laisser prendre confiance en début de rencontre. Nous avons laissé Dejounte rentrer des tirs à 3-pts et aller au cercle, il ne faut pas le laisser nous balader comme ça et rigoler.” Gobert

Pas de raison de paniquer pour le Jazz, qui reste en course pour la seconde place de la conférence et qui a une vingtaine de rencontres pour régler ces soucis et ça commence par un gros test face aux Rockets.

Via Deseret News

Leave a Reply